Sur le Web, ces 365 derniers jours

mardi 30 octobre 2018

  • Les subventions aux énergies fossiles repartent à la hausse
    Alors qu'elles avaient presque diminué de moitié entre 2012 et 2016, les subventions aux énergies fossiles sont reparties à la hausse en 2017, annonce l'Agence internationale de l'énergie (AIE). "Les nouvelles données pour 2017 font apparaître une...

  • Secteur Nord : on prépare déjà Noël !
    La MPT Jean Ferrat, les partenaires locaux et le secteur Nord sont dans les starting-blocks pour la préparation des fêtes de fin d’année.

  • Secteur Nord : bientôt le concert d’automne
    L’édition 2018 du concert d’automne, organisée par le secteur Nord, se tiendra une nouvelle fois à l’Espace Jean Ferrat, le samedi 24 novembre à partir de 20h.

  • Bords de Marne-Val de Brie : à en perdre la boule !
    Des amateurs se retrouvent chaque semaine sur les bords de Marne, chemin du Morbras, au Club de pétanque du Village pour s'adonner à cette activité conviviale.

  • Pause apicole
    Le mercredi 14 novembre de 18h45 à 20h, Nature & Société vous propose une initiation à la confection de baumes à base de cire d'abeilles.

  • Animations surprises
    Tous les mercredis après-midi du mois de novembre, la MJC Mont-Mesly vous invite à des animations surprises.

  • Soirée créole
    Danse et repas partagé, ne manquez pas la soirée créole qui aura lieu le vendredi 30 novembre, de 19h à 23h, au CSC Rebérioux.

  • Formation radio
    Il reste encore des places disponibles dans une formation aux métiers de la radio assurée, à la MJC Club, par l’association “L’œil à l’écoute” à partir du mercredi 14 novembre.

  • Des pistes pour enrayer d'urgence la disparition de la faune sauvage
    Le rapport Planète Vivante du WWF exhorte les sociétés à adopter un accord mondial pour la nature et à transformer les systèmes agricoles à l'heure où la consommation effrénée de ressources met en péril la toile du vivant.

  • Nwèl o, nwèl o…
    Soley k’rayib vous attend tous, familles, amis, voisins… le samedi 24 novembre à partir de 19h, à la salle Jean Cocteau pour chanter et s’amuser ensemble sur les rythmes du gwo ka.

  • Actions solidaires
    L’association El Agape mène différentes actions auprès des personnes en situation précaire : maraudes ponctuelles, aide aux démarches administratives, à la création de CV et lettres de motivation.

  • Cuisine d'Islande
    En écho au festival “L’Œil vers… l’Islande” le CSC Rebérioux vous invite à un voyage culinaire, à la faveur d’un atelier où cuisiner puis déguster ensemble une spécialité des Viking, le mercrerdi 21 novembre à 14h30.

  • Haye-aux-Moines : des places dans les ateliers
    La MPT de La Haye-aux-Moines informe qu’il reste encore quelques places dans les activités suivantes : cirque, création artistique, théâtre, danse orientale et gym tonique.

  • Téléthon 2018 : appel à participation
    Le 32e Téléthon aura lieu les 7, 8 et 9 décembre. Si vous souhaitez vous investir comme béné­vole ou organiser une animation à son profit, merci de prendre contact avec l’AFM Téléthon du Val-de-Marne.

  • Soirée jeux
    Faites vos jeux ! Le mardi 13 novembre à partir de 18h30, le CSC Rebérioux organise, en partenariat avec l’Afev, une soirée jeux destinée aux familles.

  • Technologies bas carbone : le gouvernement veut développer des offres accessibles à tous
    La fiscalité carbone pénalise le pouvoir d'achat des ménages. Et les solutions bas carbone sont souvent hors de portée des plus modestes. Le gouvernement mise donc sur des produits d'entrée de gamme, pour le chauffage individuel et la mobilité.

  • La direction de l'urbanisme modifie ses horaires d’accueil du public le lundi
    Afin d’améliorer les conditions d’accueil du public en nocturne le lundi, les dispositions suivantes sont mises en place : accueil libre jusqu’à 18h et de 18h à 19h sur rendez-vous préalable.

  • Crédit d'impôt transition énergétique 2019 : la filière fenêtres revient à la charge
    Alors que le projet de loi de finances (PLF) pour 2019 est discuté au Parlement, la filière fenêtres réclame leur réintégration dans le périmètre des travaux "efficaces" éligibles au crédit d'impôt transition énergétique (CITE). Pour rappel, le C...

  • Atelier récup’
    Le prochain Nichoir à idées, proposé aux 6/12 ans par Nature & Société, aura lieu le mercredi 28 novembre, de 14h à 17h, à la Maison de la Nature.

  • Les eurodéputés ont voté la refonte du règlement vétérinaire
    Les eurodéputés ont adopté, en séance plénière du Parlement européen, la refonte du règlement vétérinaire, 583 voix pour, 16 contre et 20 abstentions. Un des objectifs du texte est de mieux encadrer l'usage des antibiotiques dans les élevages pour...

  • Assemblée du conseil de quartier Front de Lac-Ormetteau-Port
    Le conseil de quartier Front de Lac-Ormetteau-Port tiendra son assemblée de quartier, le jeudi 15 novembre à 20h15 à la salle des commissions n°1.

  • Nouvelle-Calédonie : 165 ans d'une histoire mouvementée
    Du bagne aux premières revendications d’autonomie, de l'abolition de l'indigénat aux événements meurtriers des années 1980... L’anthropologue Michel Naepels revient sur les faits marquants de l'histoire de la Nouvelle-Calédonie et sur les enjeux du référendum du 4 novembre.

  • Eolien en mer : feu vert de la préfecture pour le parc d'Yeu Noirmoutier
    "Le préfet de la Vendée accorde les premières autorisations nécessaires à la réalisation du parc éolien en mer au large des îles d'Yeu et de Noirmoutier", annonce la préfecture dans un communiqué de presse. Les arrêtés ont été signés le 29 octobre...

  • En novembre, c’est le mois de l’économie sociale et solidaire
    Services à la personne, culture, sport, insertion, développement durable, entrepreneuriat... l'économie sociale et solidaire (ESS) représente plus de 10 % de l'emploi en France. Découvrez le programme de la 11e édition du mois de l’ESS.

  • L’esplanade du Colonel Arnaud Beltrame inaugurée
    Le colonel Arnaud Beltrame est un héros de la Nation. Ce sont ces termes qui figurent sur la plaque dévoilée le 14 octobre par Laurent Cathala, maire de Créteil, lors de l’inauguration de cette esplanade au cœur du Centre Ancien.

  • Portes ouvertes : Maison du Handball
    Découvrez la Maison du Handball lors de la journée portes ouvertes du samedi 24 novembre de 2018

  • Les ministres de l’Agriculture unissent leurs efforts pour lutter contre la résistance aux antimicrobiens dans l’élevage

    Marrakech, le 29 octobre 2018 – Ce jour, les dirigeants politiques mondiaux du secteur de la santé animale se sont réunis pour échanger autour des plans d’action nationaux visant à contrôler l’utilisation des agents antimicrobiens, dans l’optique de s’attaquer au problème de la croissance mondiale de la résistance aux antimicrobiens (RAM) dans le secteur de l’élevage. Ces discussions ont eu lieu dans le cadre de la 2e Conférence mondiale sur l’antibiorésistance et l’usage prudent des antimicrobiens sur les animaux, organisée par l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE).

    Les antimicrobiens sont essentiels pour contrôler et traiter les infections tant chez les animaux que chez les humains, mais ils perdent leur efficacité car ils sont ne sont pas utilisés de manière prudente et responsable. Les flux internationaux croissants de personnes, d’animaux et de biens permettent aux microbes résistants de coloniser sans mal la planète, ce qui a des conséquences sur l’avenir de la sécurité sanitaire des aliments, de la sécurité alimentaire, de la santé humaine et de la santé animale.

    Devant les représentants officiels des 182 Pays membres de l’OIE, le panel des ministres, qui comprenait des ministres et vice-ministres d’Allemagne, du Botswana, du Japon, du Maroc, de la Norvège, de l’Ouzbékistan, de la Thaïlande, du Sénégal et du Serbie, s’est exprimé ouvertement à propos des défis et réussites de leurs pays respectifs, ainsi que des questions propres aux pays en développement.


    © OIE

    « L’élevage représente 35 % du PIB du Maroc, c’est pourquoi nous nous sommes engagés dans la lutte contre la résistance aux antimicrobiens (AMR)  tant au niveau local que national », a expliqué Mr Aziz Akhannouch, Ministre de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et Forêts du Maroc. « C’est une question qui va au-delà de la santé humaine et animale, et nous sommes fiers que l’OIE reconnaisse officiellement le succès de notre stratégie pour promouvoir la santé animale, contrôler les maladies et stopper la propagation de l’AMR.»

    S’exprimant également lors de la table ronde, Mme Hanne Maren Blåfjelldal, Secrétaire d’État du Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation de la Norvège a déclaré : « La Norvège est un chef de file mondial dans le domaine de la santé animale, et ceci est le résultat d’une coopération efficace entre notre gouvernement, des vétérinaires responsables et un secteur de l’élevage qualifié et impliqué. Nous nous engageons à utiliser notre expérience dans la prévention de la propagation de la résistance aux antimicrobiens afin d’aider d’autres pays à réduire cette menace sur leurs territoires.»

    « Le Japon a contribué à l'élaboration des normes de l'OIE en tant que normes reposant sur des preuves scientifiques et sur des considérations de faisabilité dans divers Pays membres, à la suite de consultations approfondies. Nous apprécions beaucoup cela », a déclaré Susumu Hamamura, Vice-Ministre parlementaire de l'agriculture, des forêts et des pêches du Japon.

    « La question complexe de la résistance aux antimicrobiens (AMR) exige un plan d’action complet qui concerne et rassemble de nombreux secteurs », a affirmé leur homologue panéliste Mr Grisada Boonrach, Ministre de l’Agriculture et des Coopératives de Thaïlande. «  En Thaïlande, nous travaillons ensemble du niveau local au niveau national pour lutter contre l’AMR dans notre pays et dans le monde. »

    « Les Normes de l’OIE ont été une base solide qui a permis à l’Allemagne d’élaborer sa stratégie nationale et, à ce jour, cette stratégie semble fonctionner », a témoigné Mme Julie Klöckner, Ministre fédérale de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Protection des consommateurs. « La transparence est la solution et elle prouve aux éleveurs, aux scientifiques et à tous les secteurs que améliorer la santé animale et la santé publique.

    La vidéo du panel sera bientôt disponible en ligne sur  /youtu.be/n-czRSkqTmE _blank _blank>www.oie.int/AMRlive.

    Selon les données les plus récentes rassemblées par l’OIE à partir de 2015, 64 pays disposent de normes régissant l’utilisation des antimicrobiens pour la promotion de croissance. Il existe un consensus international sur cette question, indiquant qu’une telle utilisation devrait être progressivement supprimée, et que les pays devraient réduire immédiatement l’usage des antibiotiques figurant sur la liste de l’OMS des antibiotiques d’importance critique pour la santé humaine à des fins de promotion de croissance.

    L’OIE fait figure de pionnière dans la création d’un outil complet de collecte des données, à travers la Base de données mondiale sur les agents antimicrobiens destinés à être utilisés chez les animaux. Cet outil compile les données des Pays membres sur l’usage des médicaments antimicrobiens chez les animaux. En 2017, 84 % des 182 Pays membres de l’OIE ont fourni des informations sur l’usage des antimicrobiens chez les animaux, preuve de la forte implication de ces pays dans le combat contre la résistance aux antimicrobiens.
     
    « Nous voulons aider tous les Pays membres à améliorer leur capacité de mise en œuvre des Normes internationales de l’OIE », a confirmé le Dr Matthew Stone, Directeur général adjoint de l’OIE. « Par l’intermédiaire de base de données mondiale sur les agents antimicrobiens destinés à être utilisés chez les animaux, l’OIE crée une capacité nationale - dans chacun des pays - pour rassembler des données et assurer le suivi de l’utilisation des antimicrobiens dans le secteur de la santé animale. Ceci est un indicateur essentiel de notre progression dans la prévention de la résistance aux antimicrobiens. »

    Dame Sally Davies, co-coordinatrice du Groupe de coordination inter-institutions des Nations Unies pour lutter contre la résistance aux antimicrobiens a ajouté : « Concernant l’AMR, nous ne devrions tolérer aucun rejet de responsabilité. Il s’agit d’un problème qui nous touche tous et nous n’attendons d’aucun des pays qu’il atteigne la perfection du jour au lendemain. C’est la raison pour laquelle l’OIE privilégie le choix d’une approche graduelle, par laquelle la suppression progressive de l’utilisation des antimicrobiens à des fins de promotion de croissance est encouragée en même temps que sont promues de meilleures pratiques d’élevage. »

    Notes aux rédactions :

    L’OIE est une organisation intergouvernementale chargée de l’amélioration de la santé animale dans le monde. Les Normes internationales élaborées par l’OIE et adoptées par ses 182 pays membres font référence auprès de l’Organisation mondiale du Commerce (OMC) en matière de santé animale.

     

    • wp-content/uploads/2018/10/F_AMR_draftProgramme_18102018-1.pdf _blank>Programme de la conférence
    • fr/ _blank>Site de la conférence
    • /www.youtube.com/watch?v=n-czRSkqTmE&feature=youtu.be _blank>Diffusion en direct de la conférence
    • /twitter.com/oieanimalhealth?lang=fr _blank _blank>Suivez la conférence sur Twitter


    Contacts:

    Jim Calverley: +44 (0)7810 805092, jcalverley@globalhealthstrategies.com
    Fionna Tod: +44 (0)7510 518154, ftod@globalhealthstrategies.com


  • 0. Deux colloques pour le Grand hamster

    Communiqué de presse - Moulins-les-Metz - le 25 octobre 2018

    Deux colloques pour le Grand hamster !

    A Strasbourg début octobre, deux colloques sur le Grand hamster se sont succédés réunissant de nombreux experts de l'espèce et acteurs du territoire pour des échanges sur les dernières connaissances acquises et les outils de gestion mis en place en Europe.

    Logo ONCFS Alister International Hamster Workgroup

    Le 3 Octobre était consacré à la restitution des données et des expériences menées dans le cadre du programme LIFE Alister. Au cours de ce colloque, plusieurs tables rondes étaient organisées dans l'hémicycle de la Maison de la Région et les partenaires du projet LIFE (le CNRS, la Chambre d'agriculture d'Alsace, le bureau d'étude Acteon, le GEPMA, la DREAL, la Région Grand Est et l'ONCFS) ont présenté leurs actions portant sur les 4 objectifs opérationnels du programme :

    • Améliorer l'habitat du Grand hamster en adaptant les cultures,
    • Reconnecter les zones de présence en sécurisant le passage du Grand hamster d'une zone à l'autre,
    • Créer de nouvelles opportunités de développement de l'espèce en identifiant des zones favorables,
    • Améliorer l'image du Grand hamster en sensibilisant les alsaciens à cette espèce emblématique de leur région.

    L'ONCFS avait organisé la table ronde sur le volet agricole, présenté par le CNRS-DEPE, la Chambre d'agriculture d'Alsace et l'ONCFS. Des agriculteurs engagés dans le projet, membres de la CUMA de la Plaine et de l'AFSAL (Agriculteurs et Faune Sauvage Alsace), la DDT et l'ONCFS témoignaient ensuite du caractère innovant de la démarche agro-environnementale sur ce dossier. Depuis une dizaine d'années, préservation du hamster rime avec « collectif » comme le montre l'implication de groupes d'agriculteurs dans les expérimentations de nouveaux itinéraires techniques et dans la mise en place des Mesures Agro-environnementales (MAE) collectives. Les prises de paroles ont mis en avant la diversité des assolements et des couverts végétaux, comme des techniques agricoles déployées en faveur de l'espèce. La restitution de ces échanges sera disponible sur le site.


    L'après-midi, une visite de terrain avait lieu au sein d'une exploitation agricole à Oberschaeffolsheim chez un agriculteur engagé dans le projet LIFE ALISTER. Les outils acquis par la CUMA de la plaine grâce au programme LIFE Alister ont été présentés, ainsi que les tubes anti prédations préconisés par le CNRS pour les passages à faune. Trois vidéos réalisées par l'ONCFS spécialement pour ce colloque sur le volet agricole ont été projetées. Elles sont disponibles sur la chaîne youtube de l'ONCFS. La délégation hollandaise du projet hamster également présente, a pu échanger avec les agriculteurs sur les pratiques testées et les outils utilisés. L'envie commune de rencontres entre agriculteurs hollandais et alsaciens a été évoquée.
    En fin de journée, Yvon Le Maho, écophysiologiste et directeur de recherche émérite à l'Institut Pluridisciplinaire Hubert Curien/CNRS a tenu une conférence sur l'enjeu de la préservation de la biodiversité en Alsace.

    Credit : Nicolas BUSSER

    Du 4 au 6 Octobre, le CNRS et l'ONCFS ont accueilli les 77 participants du 25ème colloque international sur le Grand hamster. Différents pays étaient représentés : Allemagne, Pays Bas, Belgique, Autriche, République Tchèque, Russie … et même le Canada ! Les interventions étaient réparties sur 6 sessions : « Hibernation et reproduction », « Habitat agricole », « Méthodes pour les suivis de hamsters en milieu naturel », « Dynamiques des populations, démographie et écologie », « Hamsters en milieu urbain » et « renforcement des populations ». La dernière journée du colloque s'est déroulée au Naturoparc, qui élève depuis 2017 des hamsters pour les renforcements des populations, et s'est achevée à Blaesheim, en présence du maire et d'un agriculteur du village, pour une présentation sur le terrain des mesures hamster mises en place sur leur ban communal et la gestion collective de l'assolement.

    Comme chaque année lors du colloque international hamster, cet évènement a été riche en échanges et surprises ! Ainsi, la représentation russe a présenté des photos de hamster dans des arbres et d'autres vivant à plus 1400m d'altitude ! Un nouveau programme allemand « Hamsterland » propose de placer des pièges photographiques dans les jardins de particuliers pour observer les hamsters qui viennent y résider. Pour marquer le 25ème anniversaire, des photos de groupe prises depuis la création du colloque étaient affichées et une exposition présentait des clichés pris dans les différents pays de présence de l'espèce. Ulrich Weinhold, fondateur du colloque international a eu l'honneur de souffler les bougies d'un gâteau d'anniversaire à l'effigie du hamster !

    Crédit : Manfred Sattler

    Cet évènement a été très apprécié de tous. Pour le prochain colloque, le rendez-vous est donné du 18 au 20 Octobre 2019 aux Pays-Bas et en 2020, la Pologne accueillera l'événement !

    Les propositions échangées lors de ces deux colloques vont permettre d'enrichir les études, recherches et actions qui seront mises en œuvre en Alsace dans le cadre du nouveau Plan National d'Actions HAMSTER 2019-2028.

    Vidéos du projet

    Contacts :

    Délégation régionale Grand Est – dr.nord-est [at] oncfs.gouv.fr – 03 87 52 14 56
    Charlotte KOURKGY 06 38 50 39 37
    Julien EIDENSCHENCK 06 25 03 23 76

    Pour télécharger le communiqué de presse :

    PDF - 403.1 ko
    Communiqué de presse - 25 octobre 2018 - Deux colloques pour le Grand hamster
    401. Ko


  • En novembre, c’est le mois de l’économie sociale et solidaire
    Services à la personne, culture, sport, insertion, développement durable, entrepreneuriat... l'économie sociale et solidaire (ESS) représente plus de 10 % de l'emploi en France. Découvrez le programme de la 11e édition du mois de l’ESS.

  • Vipérines
    Echium vulgare, la vipérine commune – Pontoise © CACP – Gilles Carcassès

    En avance pour mon rendez-vous de chantier dans la ZAC Bossut, j’en ai profité pour photographier quelques fleurs de vipérine dans une friche en attente de constructions. Le style rose à l’extrémité fourchue comme une langue de vipère, qui sort de chaque corolle au milieu des étamines, est peut-être à l’origine du nom de la plante.

    Cymes scorpioïdes des inflorescences de vipérine © CACP – Gilles Carcassès

    Les inflorescences sont construites selon le schéma des cymes scorpioïdes : elles sont recourbées comme la queue d’un scorpion. Les fleurs bleues sont systématiquement précédées d’un bouton de couleur rose.

    Vipérine commune, en rosette © CACP – Gilles Carcassès

    L’espèce est bisannuelle. Les jeunes plantes de l’année passent la mauvaise saison sous forme de rosette étalée au sol et ne monteront leurs tiges florales ramifiées qu’après le passage au froid de l’hiver.

    Vipérines – Carrières-sous-Poissy © CACP – Gilles Carcassès

    Sur un sol sableux ou graveleux, les vipérines peuvent former de belles touffes.

    Syrphe ceinturé sur une fleur de vipérine – Neuville-sur-Oise © CACP – Gilles Carcassès

    Les fleurs de la vipérine sont très visitées par toutes sortes d’insectes pour leur pollen, d’une étonnante couleur bleue, ou pour leur nectar.

    Citron sur une vipérine © CACP – Gilles Carcassès

    Dans les régions au climat doux, en situation abritée, on peut cultiver les espèces géantes très spectaculaires des Canaries, de Ténérife ou de Madère.

    Echium pininana et Geranium maderense – Londres, dans une cour d’immeuble © CACP – Gilles Carcassès

    Echium pininana est la vipérine des Canaries. C’est aussi une plante bisannuelle.

    Echium sp., espèce indéterminée à fleurs roses, trouvée au Maroc © CACP – Gilles Carcassès

    On ne rencontre qu’une seule espèce de vipérine en Ile-de-France, mais elles sont bien plus nombreuses sur le pourtour méditerranéen.

    Source :

    Echium vulgare, par Naturejardin

    Retrouvez quelques plantes qui poussent en compagnie des vipérines dans les friches sableuses :

    Le panicaut champêtre

    La carline vulgaire

    Le bouillon blanc


  • 30/10/2018 : Photos : Albatros royal, Tichodrome échelette, Balbuzard pêcheur, Albatros hurleur.
    10 nouvelles photos : Albatros royal, Tichodrome échelette, Balbuzard pêcheur, Albatros hurleur, Bécasseau violet, Camaroptère barrée.

lundi 29 octobre 2018

  • Les ministres de l’Agriculture unissent leurs efforts pour lutter contre la résistance aux antimicrobiens dans l’élevage

    Marrakech, le 29 octobre 2018 – Ce jour, les dirigeants politiques mondiaux du secteur de la santé animale se sont réunis pour échanger autour des plans d’action nationaux visant à contrôler l’utilisation des agents antimicrobiens, dans l’optique de s’attaquer au problème de la croissance mondiale de la résistance aux antimicrobiens (RAM) dans le secteur de l’élevage. Ces discussions ont eu lieu dans le cadre de la 2e Conférence mondiale sur l’antibiorésistance et l’usage prudent des antimicrobiens sur les animaux, organisée par l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE).

    Les antimicrobiens sont essentiels pour contrôler et traiter les infections tant chez les animaux que chez les humains, mais ils perdent leur efficacité car ils sont ne sont pas utilisés de manière prudente et responsable. Les flux internationaux croissants de personnes, d’animaux et de biens permettent aux microbes résistants de coloniser sans mal la planète, ce qui a des conséquences sur l’avenir de la sécurité sanitaire des aliments, de la sécurité alimentaire, de la santé humaine et de la santé animale.

    Devant les représentants officiels des 182 Pays membres de l’OIE, le panel des ministres, qui comprenait des ministres et vice-ministres d’Allemagne, du Botswana, du Japon, du Maroc, de la Norvège, de l’Ouzbékistan, de la Thaïlande, du Sénégal et du Serbie, s’est exprimé ouvertement à propos des défis et réussites de leurs pays respectifs, ainsi que des questions propres aux pays en développement.


    © OIE

    « L’élevage représente 35 % du PIB du Maroc, c’est pourquoi nous nous sommes engagés dans la lutte contre la résistance aux antimicrobiens (AMR)  tant au niveau local que national », a expliqué Mr Aziz Akhannouch, Ministre de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et Forêts du Maroc. « C’est une question qui va au-delà de la santé humaine et animale, et nous sommes fiers que l’OIE reconnaisse officiellement le succès de notre stratégie pour promouvoir la santé animale, contrôler les maladies et stopper la propagation de l’AMR.»

    S’exprimant également lors de la table ronde, Mme Hanne Maren Blåfjelldal, Secrétaire d’État du Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation de la Norvège a déclaré : « La Norvège est un chef de file mondial dans le domaine de la santé animale, et ceci est le résultat d’une coopération efficace entre notre gouvernement, des vétérinaires responsables et un secteur de l’élevage qualifié et impliqué. Nous nous engageons à utiliser notre expérience dans la prévention de la propagation de la résistance aux antimicrobiens afin d’aider d’autres pays à réduire cette menace sur leurs territoires.»

    « Le Japon a contribué à l'élaboration des normes de l'OIE en tant que normes reposant sur des preuves scientifiques et sur des considérations de faisabilité dans divers Pays membres, à la suite de consultations approfondies. Nous apprécions beaucoup cela », a déclaré Susumu Hamamura, Vice-Ministre parlementaire de l'agriculture, des forêts et des pêches du Japon.

    « La question complexe de la résistance aux antimicrobiens (AMR) exige un plan d’action complet qui concerne et rassemble de nombreux secteurs », a affirmé leur homologue panéliste Mr Grisada Boonrach, Ministre de l’Agriculture et des Coopératives de Thaïlande. «  En Thaïlande, nous travaillons ensemble du niveau local au niveau national pour lutter contre l’AMR dans notre pays et dans le monde. »

    « Les Normes de l’OIE ont été une base solide qui a permis à l’Allemagne d’élaborer sa stratégie nationale et, à ce jour, cette stratégie semble fonctionner », a témoigné Mme Julie Klöckner, Ministre fédérale de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Protection des consommateurs. « La transparence est la solution et elle prouve aux éleveurs, aux scientifiques et à tous les secteurs que améliorer la santé animale et la santé publique.

    La vidéo du panel sera bientôt disponible en ligne sur  /youtu.be/n-czRSkqTmE _blank _blank>www.oie.int/AMRlive.

    Selon les données les plus récentes rassemblées par l’OIE à partir de 2015, 64 pays disposent de normes régissant l’utilisation des antimicrobiens pour la promotion de croissance. Il existe un consensus international sur cette question, indiquant qu’une telle utilisation devrait être progressivement supprimée, et que les pays devraient réduire immédiatement l’usage des antibiotiques figurant sur la liste de l’OMS des antibiotiques d’importance critique pour la santé humaine à des fins de promotion de croissance.

    L’OIE fait figure de pionnière dans la création d’un outil complet de collecte des données, à travers la Base de données mondiale sur les agents antimicrobiens destinés à être utilisés chez les animaux. Cet outil compile les données des Pays membres sur l’usage des médicaments antimicrobiens chez les animaux. En 2017, 84 % des 182 Pays membres de l’OIE ont fourni des informations sur l’usage des antimicrobiens chez les animaux, preuve de la forte implication de ces pays dans le combat contre la résistance aux antimicrobiens.
     
    « Nous voulons aider tous les Pays membres à améliorer leur capacité de mise en œuvre des Normes internationales de l’OIE », a confirmé le Dr Matthew Stone, Directeur général adjoint de l’OIE. « Par l’intermédiaire de base de données mondiale sur les agents antimicrobiens destinés à être utilisés chez les animaux, l’OIE crée une capacité nationale - dans chacun des pays - pour rassembler des données et assurer le suivi de l’utilisation des antimicrobiens dans le secteur de la santé animale. Ceci est un indicateur essentiel de notre progression dans la prévention de la résistance aux antimicrobiens. »

    Dame Sally Davies, co-coordinatrice du Groupe de coordination inter-institutions des Nations Unies pour lutter contre la résistance aux antimicrobiens a ajouté : « Concernant l’AMR, nous ne devrions tolérer aucun rejet de responsabilité. Il s’agit d’un problème qui nous touche tous et nous n’attendons d’aucun des pays qu’il atteigne la perfection du jour au lendemain. C’est la raison pour laquelle l’OIE privilégie le choix d’une approche graduelle, par laquelle la suppression progressive de l’utilisation des antimicrobiens à des fins de promotion de croissance est encouragée en même temps que sont promues de meilleures pratiques d’élevage. »

    Notes aux rédactions :

    L’OIE est une organisation intergouvernementale chargée de l’amélioration de la santé animale dans le monde. Les Normes internationales élaborées par l’OIE et adoptées par ses 182 pays membres font référence auprès de l’Organisation mondiale du Commerce (OMC) en matière de santé animale.

     

    • wp-content/uploads/2018/10/F_AMR_draftProgramme_18102018-1.pdf _blank>Programme de la conférence
    • fr/ _blank>Site de la conférence
    • /www.youtube.com/watch?v=n-czRSkqTmE&feature=youtu.be _blank>Diffusion en direct de la conférence
    • /twitter.com/oieanimalhealth?lang=fr _blank _blank>Suivez la conférence sur Twitter


    Contacts:

    Jim Calverley: +44 (0)7810 805092, jcalverley@globalhealthstrategies.com
    Fionna Tod: +44 (0)7510 518154, ftod@globalhealthstrategies.com


  • Pollution de l'air : le nombre d'agglomérations, dépassant les normes, diminue
    Les émissions des polluants atmosphériques ont diminué depuis les années 2000 en France, menacée par plusieurs contentieux européens. En 2017, 12 agglomérations ont dépassé les normes en dioxyde d'azote et trois agglomérations celles en particules...

  • L'Union européenne accorde 300 millions d'euros pour les océans
    Dans le cadre de la cinquième édition de la conférence "Our océan", l'Union européenne a annoncé prendre 23 nouveaux engagements en faveur de l'océan. Ces derniers représentent au total 300 millions d'euros et visent six thématiques. L'Union compt...

  • Le gouvernement présente les priorités d'actions des ministères
    Edouard Philippe a réuni, ce lundi, le deuxième Comité interministériel de la transformation publique. "Nous avons arrêté, avec les ministres, les plans de transformations ministériels", a-t-il déclaré à son issue. Chaque plan définit cinq à six c...

  • Forte mobilisation à Mannheim pour les 150 ans du traité fondateur de la libération de la navigation sur le Rhin
    Élisabeth Borne, ministre chargée des Transports, se félicite du succès du congrès de Mannheim le 17 octobre 2018 et de la signature prochaine d’une déclaration commune sur l’avenir de la navigation intérieure par les ministres compétents des États membres de la Commission centrale pour la navigation du Rhin (CCNR) . Les travaux réglementaires conduits par cette organisation internationale influencent fortement le développement du transport fluvial en France.

  • La Cravate solidaire : une association qui favorise l’accès à l’emploi
    Avec l’aide de 400 bénévoles, l’association la Cravate solidaire a pour mission de collecter des tenues professionnelles chez les particuliers et en entreprises pour les distribuer à des personnes en recherche d’emploi. Elle les aide ensuite à préparer de futurs entretiens d’embauche.

  • Transport fluvial de marchandises : le parcours du Conquérant
    327 kilomètres, c’est la distance parcourue sur le Rhône par le convoi Conquérant. De Marseille à Lyon, une telle embarcation peut acheminer à elle seule 4000 tonnes de marchandises, soit l’équivalent de 175 camions ou d’un train de 110 wagons. Embarquez à bord du bateau et suivez son trajet en images.

  • Le chiffre du jour : 7 millions
    7 millions, câ€â„¢est le nombre de morts liés à la pollution de lâ€â„¢air intérieur et extérieur au niveau mondial, soit un décès sur huit en 2016. Ces résultats proviennent dâ€â„¢un rapport "Prescrire un air pur" de lâ€â„¢Organisation mondiale de la santé (OMS)....

  • Transition énergétique : la feuille de route technologique du gouvernement
    Un document de travail du gouvernement consacré à la transition énergétique a filtré ce week-end. Nouveaux EPR, hydrogène, éolien offshore... Cette ébauche de feuille de route technologique fixe des objectifs de déploiement et de coûts à horizon 2...

  • Les tarifs des redevances des agences de l'eau sont publiés
    Les tarifs des redevances des six agences de l'eau sont désormais publiés : dans le Journal officiel du 25 octobre pour Loire-Bretagne, Rhin-Meuse et Seine-Normandie, du 23 octobre pour Rhône-Méditerranée Corse et du 21 octobre pour Adour-Garonne ...

  • Les investissements pour protéger l'environnement sont en baisse
    En 2016, les établissements industriels de 20 salariés ou plus ont consacré 1,4 milliard d'euros à des investissements ou des études pour protéger l'environnement, soit 13 % de moins qu'en 2015, selon l'INSEE.

  • Festival cinéma : l’Islande dans l’œil de la caméra
    Du 20 novembre au 4 décembre, l’Islande sera à l’honneur des Journées cinématographiques du Val-de-Marne. Pour cette 37e édition du festival L’Œil vers, la programmation s’annonce très riche !

  • La phénologie expliquée dans News JardinTV

    À l’occasion de la sortie du livre "Les plantes aux rythme des saisons" et de l'installation de l'exposition sur la phénologie qui a eu lieu en mai 2018 à l’école d’horticulture Du Breuil (Paris, Bois de Vincennes), Patrick Mioulane rencontre Arnaud Duplat, chef jardinier du lieu. Ensemble, ils expliquent l’importance des variations des phénomènes saisonniers

    Image: 

    lire la suite


  • Éducation artistique et culturelle : dialogues et ouverture sur le monde
    Pour la quatrième année consécutive, de nouveaux artistes vont être accueillis à Créteil en résidences-missions dans le cadre du Contrat local d’éducation artistique (Clea).

  • 7 vidéos pour découvrir les meilleures bonnes pratiques des écoquartiers franciliens
    La DRIEA et les DDT franciliennes proposent 7 vidéos pour mieux comprendre les éléments de réussite des plus exemplaires écoquartiers franciliens, dépasser les idées préconçues et faire évoluer les représentations collectives.

  • l'ODS interviewé sur LCI pour parler des phénomènes d'automne

    Ce dimanche, Pauline Lefort, animatrice de l'Observatoire Des Saisons au niveau national intervient dans un reportage diffusé par LCI : "Les abres, baromètre de notre planète".

    Retrouvez le replay en cliquant ici : https://www.lci.fr/green/les-arbres-barometre-de-notre-planete-2102812.html

    Image: 

    lire la suite


  • Nos souvenirs, c'est du solide !
    Contrairement à ce que l’on pensait, il suffit de quelques secondes pour qu’un souvenir se forme. Une fois enregistré, celui-ci peut être modifié ou rendu inaccessible, mais il ne s'efface pas. Explications avec Pascale Gisquet-Verrier et David Riccio dont les récents travaux reviennent ainsi sur le dogme de la consolidation de nos souvenirs.

  • IGN : une journée d'échange pour imaginer le Géoportail de demain

    Le lundi 19 novembre 2018, les utilisateurs de données et services cartographiques sont conviés à participer à une journée d'échange à Saint-Mandé (94) avec les experts de l'IGN afin d'imaginer avec eux le futur Géoportail. 

    Au cours de cette journée des présentations, ateliers et témoignages seront proposés pour faire découvrir l'ensemble des services et usages professionnels du Géoportail et leur évolution au travers de la Géoplateforme.

     


  • Squash
    Journée de Nationale 1, le samedi 6 avril de 10h à 19h au centre Marie-Thérèse Eyquem.

Traduction

Sites favoris


117 sites référencés au total

Brèves

30 mai 2014 - Sur Facebook : Lac de Créteil - 94000 - Val de Marne -...

Lac de Créteil - 94000 - Val de Marne - France

24 février 2014 - Nous contacter

Pour nous contacter, cliquez sur l’enveloppe.http://laccreteil.fr/spip.php?page=...