Poster un commentaire à la suite de l’article...

vendredi 21 mars 2014
par  Michel

Nourrir les oiseaux - Règles de bonne conduite pour ne pas les mettre en DANGER !

Article réalisé partir de l’article d’ Oiseaux-libre.net "Les mangeoires des refuges - Au menu du restaurant".
 Ce qu’il faut savoir, pour ne pas les mettre en DANGER ! Car suivant ce que vous leur donnerez, vous pouvez les mettre en danger ou les sauver !


Cet article décrit les différents types d’aliments utilisés pour nourrir les oiseaux, ceux adaptés et ceux à proscrire, sachant qu’il ne faut pas les gaver au risque que la nourriture non consommée pourrisse et devienne donc toxique sans compter qu’elle attire les rats qui sont vecteurs de maladies (leptospirose), et font preuve de prédation envers les autres espèces ; de trop nombreuses bonnes volontés peuvent aboutir à un surplus de nourrissage.
Les aliments doivent être adaptés aux espèces présentes sur le lieu de nourrissage, ils doivent donc varier suivant les saisons.

En réponse à...

Logo de Gaetan Dupont
dimanche 1er novembre 2020 à 14h37 - par  Gaetan Dupont

Pour la période de nourrissage des oiseaux :

Les oiseaux aquatiques sauvages (cygnes, canards etc) n’ont pas besoin de l’homme pour se nourrir même en milieu urbain. Ces animaux trouvent suffisamment de nourriture dans l’eau et sur les pelouses. Certains sont herbivores, ils récupèrent l’herbe sur la pelouse et les algues au fond de l’eau toute l’année. Et d’autres sont des canards plongeurs qui captures des petits molusques / poissons... (jamais de végétaux !)

Un petit apport de nourriture peut être envisagé en cas de grosse vague de froid, sinon ces oiseaux s’adaptent.

Pour les oiseaux du ciel sauvages, la LPO considère qu’il est essentiel de les aider surtout l’hiver en leur apportant de la nourriture. Ils préconisent de débuter le nourrissage des oiseaux du ciel dès les premiers gels (octobre-novembre) et de le cesser dès les premiers jours de beaux temps (mars) afin d’une part, de ne pas accoutumer ces oiseaux aux apports humains et les rendre ainsi dépendants et d’autre part, d’éviter les maladies (salmonellose...) qui se propagent beaucoup plus facilement avec la chaleur. L’arrêt du nourrissage doit se faire en une quinzaine de jours, en diminuant progressivement les doses de nourriture chaque jour afin que les oiseaux du ciel sauvages puissent chercher l’apport dans la nature car un arrêt brutal les perturberait. Pour ne pas les mettre en danger, il ne faut surtout pas arrêter un nourrissage en plein hiver.

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Traduction

Sites favoris


83 sites référencés dans ce secteur