Vigie Nature | Observatoires de la biodiversité, ces 365 derniers jours



lundi 27 avril 2020

  • La biodiversité dans l'enseignement agricole avec les sciences participatives
    bandeau.jpg
    biodiversite-oab ©EPLEFPA Le Gros Chêne

     

    Vous avez dit « sciences participatives » ?

    Pour pouvoir mieux connaître la biodiversité qui nous entoure, les scientifiques s’appuient sur la contribution d’observateurs volontaires : il est ainsi possible de suivre des espèces de faune ou flore grâce aux observations réalisées par les citoyens répartis sur toute la France.
    Grâce à des protocoles (= des méthodes standardisées qui permettent d’observer et de mesurer la biodiversité à un endroit précis sur un temps précis) toutes les personnes qui souhaitent participer à ces programmes de sciences participatives réalisent des suivis de la biodiversité et envoient les résultats de leurs observations (= les données) aux chercheurs.
    Ainsi, les scientifiques récupèrent de nombreuses informations qui leur seront utiles et les citoyens développent leurs connaissances sur la biodiversité.

    Avec toutes les données récoltées, les scientifiques peuvent aborder des questions concernant la biodiversité à grande échelle, dans l’espace ou le temps. Ils étudient par exemple l’impact de l’urbanisation, des pratiques agricoles ou encore du réchauffement climatique sur la biodiversité. Pour ce faire, ils établissent des analyses statistiques dont les résultats sont présentés sous forme de graphiques ou de cartographies. De certains de ces résultats sont tirés des indicateurs qui donnent des informations à chacun sur l’évolution et l’état de santé de la biodiversité.
    Ces recherches scientifiques permettent ainsi de fournir des éléments factuels aux décideurs publics et de réfléchir ainsi collectivement à la préservation et la protection de la biodiversité.

    Quels enjeux pour l'enseignement agricole ?

    Certains établissements d’enseignement agricole participent depuis des années à ces observatoires, comme par exemple le Suivi Temporel des Oiseaux Communs (STOC), ou bien en réalisant un suivi de la biodiversité ordinaire sur les parcelles agricoles en lien avec les pratiques culturales avec l’Observatoire Agricole de la Biodiversité (OAB), ou encore un suivi des vers de terre avec l’Observatoire Participatif des Vers de Terre (OPVT)… Toutes ces observations donnent des informations sur l’évolution de la biodiversité sur toute la France, dans différents milieux.

    Ces programmes proposent un enseignement concret avec des protocoles d’observations se réalisant sur le terrain, dans différents milieux (exploitation agricole de l’établissement, espaces naturels...). Ils sont utilisés pour faire des diagnostics ou des suivis à différentes échelles, mais également comme supports pédagogiques.

     - Les équipes pédagogiques utilisent ces programmes avec toutes les filières de l’enseignement agricole pour aborder les thématiques liées à la biodiversité comme les services écosystémiques (pollinisation, auxiliaires de culture…), les infrastructures agro-écologiques, l’écosystème sol, les trames vertes et bleues… Ces programmes favorisent ainsi l’interdisciplinarité et participent au décloisonnement des filières. Ils permettent de faire et apprendre ensemble, en s’interrogeant sur le fonctionnement des écosystèmes par exemple et en initiant des approches raisonnées vers l’agro-écologie. Ils favorisent le lien avec la recherche en développant des démarches de co-constrution.

    Les apprenants développent compétences et autonomie en participant à une démarche scientifique dans son intégralité : hypothèses scientifiques, observation sur le terrain, analyse des résultats, réflexions/raisonnements qui en découlent.

    Ils contribuent à une récolte collective de données utiles pour la recherche scientifique et la production d’indicateurs potentiellement utiles aux politiques publiques. Les apprenants alors impliqués dans les suivis se positionnent comme citoyens en participant activement aux enjeux actuels sur l’environnement.

    Les établissements d'enseignement agricole « fixes » constituent un réseau de sites suivis chaque année de la même façon ; ces données récoltées avec une constance temporelle sur tout le territoire sont réellement valorisables par la recherche.

     

    illustr.png

     

    Les sciences participatives dans l'enseignement agricole croisent ainsi des enjeux pédagogiques, scientifiques et sociétaux.

    Ces programmes s’intègrent dans les axes 1 et 3 du plan « Enseigner à Produire Autrement 2 » de l’enseignement agricole et répondent aux missions d’animation du territoire et d’expérimentation des établissements d’enseignement agricole.

    Une enquête nationale sur les sciences participatives dans l’enseignement agricole est actuellement en cours, une synthèse sera réalisée pour l’été. Elle permettra de faire un bilan des suivis mis en place dans les établissements d’enseignement agricole.

    Pour accompagner la place des sciences participatives dans l’enseignement agricole, une convention a été signée entre le Muséum national d'Histoire naturelle (MNHN) et l’Office Français de la Biodiversité (OFB).

     

     

     

     

    Affiche: 
    bandeau.jpg

jeudi 16 avril 2020

mardi 14 avril 2020

  • -
    cover-twitter2017-09.png

mercredi 25 mars 2020

  • Qu'observer pendant le confinement ?
    Jardin Herry © Lawford

     

     

     

    Alors que les activités humaines se sont largement réduites, en particulier la fréquentation des espaces extérieurs, la nature va certainement réagir. Les espèces vont s'adapter à ces nouvelles conditions, certaines vont en profiter, d'autres vont en souffrir. Nous avons là une occasion inédite de mesurer l'impact de nos activités sur la nature.

    Un grand défi de comptage de vos oiseaux vient d'être lancé par l'observatoire Oiseaux des jardins. Découvrez deux autres observatoires qui vous attendent durant les prochaines semaines. Une pause dans votre journée de télétravail ? Une activité à proposer aux enfants ? Un prétexte pour vous reconnecter à votre jardin ? Rejoignez-nous !

    Deux autres observatoires destinés aux naturalistes sont en fin proposés, l'un concernant les chauves-souris, l'autres les oiseaux. 

    N'hésitez pas à nous envoyer photos et témoignages. Bon courage à tous durant cette période.

     

    -------------------------------

     

     

    L'OBSERVATOIRE OISEAU DES JARDINS VOUS MET AU DÉFI «CONFINÉS MAIS AUX AGUETS ! ».

    Chaque jour (durant la période de confinement) consacrez 10min à l’observation et au comptage des oiseaux de votre jardin. Essayez d’être le plus exhaustif possible en signalant tous les oiseaux qui fréquentent votre jardin durant ces 10min (attention, on ne compte que les oiseaux posés). Puis enregistrer toutes vos données sur le site de l‘Observatoire !

    Un bilan sera effectué à la fin du confinement. Nous verrons ainsi combien d'espèces d'oiseaux peuvent être inventoriées en France, durant la période de confinement, sans quitter nos domiciles.

    Combien de données auront été collectées ? Où aura été observé le plus d’oiseaux ?

    De plus, toutes ces données permettront sans aucun doute d’améliorer la connaissance que nous avons des oiseaux en ce début de période de reproduction.

    oiseaux_des_jardins © a._orseau

     

     

     

    PHOTOGRAPHIEZ LES INSECTES POLLINISATEUR

    Positionnez-vous devant une espèce de fleurs. Pendant 20 minutes photographiez tous les visiteurs : insectes pollinisateurs, mais aussi araignées, punaises etc. Constituez ensuite une collection de photos sur le site du SPIPOLL et tentez d'identifier vos portraits grâce à la clé de détermination.

    Pour les chercheurs ? : grâce à vous les chercheurs peuvent suivre les variations de la diversité des insectes et de la structure des réseaux de pollinisation sur tout le territoire.

    Pour vous ? : vous allez découvrir l'incroyable diversité des insectes pollinisateurs. Et intégrer une communauté dynamique et passionnée de Spipolliens.

    Dès que vous croisez un papillon dans votre jardin, sur votre balcon, tentez de l'identifier avec les fiches d'identification. Toute les semaines, indiquez sur le site de l'Opération papillons le nombre d'individus aperçus pour chaque espèce.

    spipoll ©  Laetitia Brevet

     

     

     

    COMPTEZ LES PAPILLONS ET LES BOURDONS

    Dès que vous croisez un papillon dans votre jardin, sur votre balcon, tentez de l'identifier avec les fiches d'identification. Toute les semaines, indiquez sur le site de l'Opération papillons le nombre d'individus aperçus pour chaque espèce.

    Pour les chercheurs ? : grâce à vous, les chercheurs pourront améliorer les connaissances sur les papillons et comprendre l’impact de l’urbanisation, du climat ou encore des pratiques au jardin sur les espèces.

    Pour vous ? : un protocole simplissime qui vous permettra d'apprendre à reconnaître les espèces les plus communes, à différencier le machaon du vulcain, l'aurore du tircis.

    L'Observatoire des bourdons, avec un protocole très proche, vous propose aussi de compter les bourdons.

    Papillon_Tircis©Benoît_Fontaine -MNHN

     

     

    ----------------

     

    Vous avez des compétences naturalistes ? Deux autres observatoires sont disponibles. 

    Ecoutez les chauves-souris

    Vigie-Chiro, repose sur un suivi acoustique des chauves-souris lors de leurs activités de chasse. Parmi les 3 protocoles possible routier, pédestre et point fixe, seul le dernier est compatible avec le confinement.

    Le protocole point fixe consiste à enregistrer un point – en l’occurrence votre jardin, votre cour - toute une nuit. Contrairement aux autres protocoles dont les enregistrements sont beaucoup plus courts, celui-ci permet une meilleure évaluation de la communauté présente sur un site. On augmente de cette façon la chance de capter les espèces peu abondantes ou peu détectables mais dont l’activité est prolongée tout au long de la nuit (Barbastelle, Minioptère, Myotis, Rhinolophes, etc).

    En ce printemps précoce les chauves-souris commencent à sortir de leurs gîtes pour se nourrir et procréer. Les enregistrements sont donc opportuns. Ils permettront aux chercheurs de voir comment les espèces vont réagir au confinement. Avec la diminution de l’éclairage urbain, de la circulation routière il se pourrait que les chauves-souris profitent de la situation.

     

    Référencez les oiseaux

    C’est le défi proposé par la LPO. Celui-ci consiste à noter toutes les espèces que vous observez sans sortir de chez vous. Comment ? Le plus fréquemment et régulièrement possible, faite une liste complète de tous les oiseaux que vous observez/entendez. Vous pouvez effectuez des listes complètes de 5 minutes, ou plus longues, jusqu’à 20 minutes.

    Comme l’explique le site Faune France « A partir de ces informations, nous calculerons combien d'espèces d'oiseaux peuvent être inventoriées en France, durant la période de confinement, sans quitter nos domiciles ? Quel sera le maximum en une seule journée ? Combien de données et de listes auront été collectées ? Où est le meilleur spot d'observation ? Il ne fait aucun doute que toutes ces informations amélioreront par ailleurs notre connaissance du calendrier de migration et de reproduction de nombreuses espèces. »

     

     

    A vous de jouer !

    Rendez-vous
    0
    Itinérance: 
    Dates: 
    Lundi, 11 Mai, 2020
    Date de programmation: 
    Lundi, 11 Mai, 2020 - 17:30

jeudi 27 février 2020

  • STOC : c'est parti !
    STOC © jean-jacques_boujot (Flickr)

     

    Ce week-end sera marqué par le démarrage de la saison du suivi STOC ! La saison débute par un passage précoce, prévu entre le 1er et le 31 mars. Dans un contexte de changement climatique, il va être de plus en plus important de faire ce passage car il permet de détecter les éventuels décalages de phénologie chez les espèces d’oiseaux communs. Deux passages suivront autour de la date charnière du 8 mai.

     

     

     

    Pour ceux à qui cet acronyme ne parle pas, le STOC ou Suivi Temporel des Oiseaux Communs est un programme de collecte de données sur le terrain permettant d’obtenir une évaluation des tendances d’évolution des effectifs de différentes espèces d’oiseaux nicheurs communs en France.

    Depuis 1989, yeux et oreilles affutés, jumelles autour du cou, des ornithologues passionnés arpentent leur carré STOC dans les environs de leur résidence. Ce carré de 2 km de côté, tiré au hasard dans un rayon de 10 km autour de leur commune, contient 10 points d’écoute. A chaque point, pendant 5 minutes, STOC-keuse et STOC-keur relèvent toutes les espèces d’oiseaux vues et entendues dans un rayon de 200 m autour de lui. Entre chaque point, un relevé des mammifères observés peut être effectué.

    Vous savez reconnaître les oiseaux au cri/chant, en vol et à distance et souhaitez participer pour la première fois? La démarche est simple : contactez votre coordinateur local en lui indiquant votre commune de résidence, celui-ci vous retournera deux carrés dont un obligatoire. Vous n’aurez plus qu’à vous référer au protocole complet ici.

    A tous les participants, les nouveaux comme les irréductibles, la LPO et le Muséum vous ont concocté un petit lot de nouvelles fiches de terrain, qui vous seront transmises par votre coordinateur, pour vous simplifier la prise de notes lors de vos relevés.

    La saisie des données se fera sur VigiePlume mais est aussi possible sur Faune France.

    Belle saison de STOC à toutes et à tous !

    PS : Nous finalisons aussi un guide du participant 2020 !  Il sera disponible sur la page du STOC dans les prochains jours et  vous donnera toutes les clés pour bien démarrer un suivi STOC-EPS, transmettre et mobiliser vos données

     

    Saison
    0

    Participez à BirdLab avec votre smartphone

    birdlab-accueil.png
    Tous les événements
    Saison
    Mardi, 31 Mars, 2020

    De mi-novembre à fon mars, transformez votre jardin, votre balcon ou votre terrasse en laboratoire scientifique en y installant deux mangeoires et en suivant en temps réel les allées et venues des oiseaux qui viennent s’y nourrir !

    Nom: 
    Lettre d'information de lancement (novembre 2018)

    Du 17 novembre au 31 mars se déroule la 6e saison de BirdLab, une opération de sciences participatives portant sur le comportement des oiseaux en nourrissage tout au long de l’hiver.

    Le principe : reproduire en temps réel, grâce à un jeu sur smartphone ou tablette, les interactions entre les individus de 24 espèces se nourrissant sur des mangeoires. Une immersion ludique dans la science et la biodiversité proposée par AgroParisTech, la LPO et le Muséum national d’Histoire naturelle via son programme Vigie-Nature.

     

    Pour ceux qui ne peuvent pas installer de mangeoires, vous pouvez profiter des mangeoires publiques disposées un peu partout sur le territoire. Voir la carte ci-dessous.

    Voir le communiqué de presse de la 5ème saison ICI 

    Articles liés :

    1. Le « gros-bec » a bien décidé de passer l’hiver chez nous
    2. Les joueurs de BirdLab en forme cette année !
    3. BirdLab : il y a du pain (et des graines) sur la planche !
    birdlab-accueil.png
    tuto BirdLab
    Itinérance: 
    Dates: 
    Mardi, 31 Mars, 2020
    Tarification: 
    Date de programmation: 
    Mardi, 31 Mars, 2020 - 08:15
    Itinérance: 
    Partenaires: 
    Partenaires: 
    logo-lpo_agirpourlabio_france.png
    Dates: 
    Samedi, 21 Mars, 2020
    Date de programmation: 
    Samedi, 21 Mars, 2020 - 15:30

Traduction

Sites favoris


122 sites référencés au total

Brèves

30 mai 2014 - Sur Facebook : Lac de Créteil - 94000 - Val de Marne -...

Lac de Créteil - 94000 - Val de Marne - France

24 février 2014 - Nous contacter

Pour nous contacter, cliquez sur l’enveloppe.http://laccreteil.fr/spip.php?page=...