Nourrir les oiseaux - Règles de bonne conduite pour ne pas les mettre en DANGER !

vendredi 21 mars 2014
par  Michel
popularité : 100%

Cet article décrit les différents types d’aliments utilisés pour nourrir les oiseaux, ceux adaptés et ceux à proscrire, sachant qu’il ne faut pas les gaver au risque que la nourriture non consommée pourrisse et devienne donc toxique sans compter qu’elle attire les rats qui sont vecteurs de maladies (leptospirose), et font preuve de prédation envers les autres espèces ; de trop nombreuses bonnes volontés peuvent aboutir à un surplus de nourrissage.
Les aliments doivent être adaptés aux espèces présentes sur le lieu de nourrissage, ils doivent donc varier suivant les saisons.
Nous remercions Oiseaux-libre.net pour ces informations que nous avons reprises sur son article "Les mangeoires des refuges - Au menu du restaurant"

PNG - 7.3 ko

Aliments interdits

 Aliments dangereux
 Pain

Ne jamais donner

 d’aliments salés
 de pain sec ou de biscottes, de déchets de pâtisserie, de noix de coco desséchée, qui gonflent et provoquent des troubles digestifs
 de lait
 de larves de mouches (asticots), très résistantes et pouvant perforer l’estomac des oiseaux
 de graines de lin Linum usitatissimum ou de ricin qui sont toxiques.

Le pain

Attention : Le pain n’est pas adapté pour tous les oiseaux

- Le système digestif du cygne et des canards n’est pas adapté à l’ingestion du gluten présent dans le pain. Cet aliment provoque des dysfonctionnements du foie conduisant à une sorte de cirrhose. Ces constatations ont été faites par les ornithologues et par les centres de sauvegarde de la faune sauvage. Ces derniers récupèrent chaque année sur les lacs et les plans d’eau de nombreux oiseaux “malades du pain”. Sachez que le cygne et les canards trouvent suffisamment de nourriture dans et autour de l’étang. Pensez à leur santé, ne leur donnez pas de pain. Ce sont des herbivores ! Vous les observerez manger de l’herbe sur les pelouses, ou récupérer les algues en plongeant leur cou dans l’eau pour les attraper dans les eaux peu profondes.


ILS SAVENT SE NOURRIR SEULS

Ils n’ont pas tous le même régime alimentaire
Certains se nourrissent avec de l’herbe et des algues
Jeunes Bernaches du Canada - Branta canadensis - Canada Goose
Jeunes Bernaches du Canada - Branta canadensis - Canada Goose
Le trèfle, c’est super ! Les pâquerettes aussi... Laissez-nous en profiter ! Ne coupez pas le gazon TROP COURT !
© Michel NOËL - Collectif du lac de Créteil
Bernache du Canada - Branta canadensis - Canada Goose
Bernache du Canada - Branta canadensis - Canada Goose
Dégustation d’herbe - gazon.
© Michel NOËL - Collectif du lac de Créteil
Cygne noir - Cygnus atratus - Black Swan
Cygne noir - Cygnus atratus - Black Swan
Repos et déjeuner simultanés.
© Michel NOËL - Collectif du lac de Créteil
D’autres se nourrissent d’insectes, de vers de terre, de larves... !
Protégez-les, ils sont très utiles
Mésange à longue queue - Aegithalos caudatus - Long-tailed Tit
Mésange à longue queue - Aegithalos caudatus - Long-tailed Tit
© Michel NOËL - Collectif du lac de Créteil
Mésange à longue queue - Aegithalos caudatus - Long-tailed Tit
Mésange à longue queue - Aegithalos caudatus - Long-tailed Tit
Une chenille fera le repas des petits...
© Michel NOËL - Collectif du lac de Créteil
Rougegorge familier - Erithacus rubecula - European Robin
Rougegorge familier - Erithacus rubecula - European Robin
Un ver de terre fera un repas goûteux et équilibré !
© Michel NOËL - Collectif du lac de Créteil
Eux préfèrent les poissons.
Ils se déplacent rapidement sous l’eau !
Grèbe huppé - Podiceps cristatus - Great Crested Grebe
Grèbe huppé - Podiceps cristatus - Great Crested Grebe
Avec son poisson.
© Michel NOËL - Collectif du lac de Créteil
Grèbe huppé - Podiceps cristatus - Great Crested Grebe
Grèbe huppé - Podiceps cristatus - Great Crested Grebe
Il vient d’attraper un poisson sous l’eau, il s’y déplace aisément sous la surface.
© Michel NOËL - Collectif du lac de Créteil

Des milliers de victimes du pain blanc
Conseil de la LPO Île de France
Le pain est-il bon pour les oiseaux ?
Le pain est-il bon pour les oiseaux ?
Article de © Gentside Découverte Publié par Emmanuel Perrin, le 15 juillet 2014.

Des milliers de victimes du pain blanc. Selon les estimations, des milliers de canards, oies et cygnes succomberaient chaque année à cause du régime alimentaire au pain blanc et biscottes imposé par des citadins pourtant bien intentionnés. Cette alimentation engendre en effet de sérieux problèmes de malnutrition à l’origine de déformations osseuses nuisibles aux juvéniles.
Ces malformations sont le fruit d’un syndrome connu sous l’appellation "ailes d’ange".

 Les oiseaux qui en sont affectés présentent leur dernière articulation des ailes tournée vers l’extérieur. Par conséquent, les plumes ne peuvent être maintenues à plat contre le corps.
Les oiseaux aux ailes d’ange sont ainsi complètement privés de leur capacité de voler. Il est par conséquent difficile pour eux d’échapper aux prédateurs ou même aux conditions météorologiques défavorables. Dépourvus de tout mode de défense, ils présentent une espérance de vie très limitée.

En savoir plus : http://www.maxisciences.com/canard/ne-donnez-pas-de-pain-aux-canards-ca-nuit-gravement-a-leur-sante_art33044.html
Copyright © Gentside Découverte
Canard colvert avec des ailes d'ange.
Canard colvert avec des ailes d’ange.
© Michel NOËL - Collectif du lac de Créteil
Canard colvert avec des ailes d'ange.
Canard colvert avec des ailes d’ange.
© Michel NOËL - Collectif du lac de Créteil
Ailes d'ange d'un canard colvert
Ailes d’ange d’un canard colvert
© Michel NOËL - Collectif du lac de Créteil
Ailes d'ange d'un canard colvert.
Ailes d’ange d’un canard colvert.
Ses plumes pliées, cassées, vont le rendre vulnérable aux prédateurs.
© Michel NOËL - Collectif du lac de Créteil
Canard colvert avec des ailes d'ange.
Canard colvert avec des ailes d’ange.
Ses plumes pliées, cassées, vont le rendre vulnérable aux prédateurs.
© Michel NOËL - Collectif du lac de Créteil
Ses plumes s’abiment ou se perdent et il ne peut plus voler ! - Il est alors une proie facile et a peu de chance de survivre...
Photos réalisées au lac de Créteil

Consulter :

Yvelines Environnement - Les risques d’un nourrissage inconsidéré des oiseaux par Gérard Grolleau

Télécharger :
Yvelines Environnement - Les risques d'un nourrissage inconsidéré des oiseaux par Gérard Grolleau
Yvelines Environnement - Les risques d’un nourrissage inconsidéré des oiseaux par Gérard Grolleau

PNG - 6.8 ko

Aliments autorisés

 Graines
 Céréales
 Graisses et boules de graisse (⚠️enlever le filet en plastique des boules, car il est dangereux ! ⥤ ⚠️c’est un piège pour les oiseaux⚠️, qu’il soit plein ou vide, accroché dans les buissons, arbres, et autres supports, ou au sol ) Vous pouvez le remplacer par une petite ficelle en matière naturelle passée au centre de la boule, ou traverser la boule avec morceau de bois.
 Cacahuètes
 Fruits secs
 Fruits frais
 Noix de coco
 Vers de farine et larves d’insectes
 Déchets de cuisine
 Pommes de terre cuites (sans sel)
 Fromage
 Riz cuit et pâtes cuites (sans sel)

Aliments conseillés pour les oiseaux

Les graines

Les semences constituent le régime de base de beaucoup d’espèces d’oiseaux de jardin, comme les mésanges, les moineaux et les pigeons, alors que les graines sont la nourriture de base des espèces des zones boisées ou agricoles. Tout comme les arachides, elles procurent la graisse et permettent aux oiseaux de trouver un maximum d’énergie avec un effort minimum. Les variétés de semences et de graines les plus appréciées sont les graines de tournesol, d’avoine, de millet, de froment et de maïs, mais aussi le niger (variété de tournesol plus petite), disponibles maintenant dans le commerce. Les petites graines sont indispensables aux passereaux à bec fin (rouge-gorge, accenteur mouchet ... ) : millet, avoine, coquelicot...

Les graines apportent aux oiseaux non seulement les graisses, mais aussi les hydrates de carbone, les minéraux et les vitamines dont ils ont besoin. Certains oiseaux, tels le verdier et le pinson, mangent presque toutes les graines, des céréales aux petites graines de mauvaises herbes, même si les graines de tournesol ont leur préférence. D’autres oiseaux sont plus difficiles les tarins, par exemple, aiment surtout les graines de sésame, tandis que les fringillidés, les mésanges et même les pipits préfèrent les graines de chanvre. Les magasins et les sociétés de vente par correspondance proposent des mélanges spécialement dosés pour satisfaire l’appétit et les besoins nutritionnels des oiseaux.

 Tournesol
Les graines de tournesol (Helianthus annuus) sont appréciées des mésanges, des sittelles et des verdiers.
Ces graines sont très nutritives, sont riches en lipides, en protéines et en minéraux.
Le tournesol noir est apprécié, car la peau est plus fine et la chair plus tendre que celles du tournesol strié. En Auvergne et en Haute-Savoie, vous pouvez acheter des graines de tournesol biologiques : tournesol biologique.

 Millet
Cultivé dans le sud de l’Europe, le millet produit des graines riches en amidon, en minéraux et en vitamines.

 Sésame
Riches en lipides, ces graines viennent d’une plante voisine du tournesol et cultivée en Inde. Apprécié par les tarins.

 Chènevis ou chanvre
Le chanvre (Cannabis sativa) est très apprécié par les verdiers, les bouvreuils pivoine, les bruants, les sittelles torchepots, les pics, qui cassent les graines avec leur bec puissant.

 Alpiste
L’alpiste (Phalaris canariensis) est apprécié par les pinsons des arbres.

 Autres graines
Anis : Pimpinella anisum
Cameline : Camelina sativa
Cardère : Dipsacus sativus
Carthame : Carthamus tinctorius
Chicorée : Cichorium intybus
Colza : Brassica campestris
Laitue : Lactuca sativa
Millet des oiseaux : Setaria italica
Millet du Japon :
Millet paniculé : Panicum miliaceum
Millet plat : Phalaris canariensis
Navette : Brassica campestris
Niger : Guizotia abyssinica
Oeillette :
Pavot : Papaver somniferum
Sarrasin : Fagopyrum esculentum
Sorgho des oiseaux : Sorghum bicolor

Les céréales

 Les flocons d’avoine
Appréciés de plusieurs espèces, notamment des pinsons, des rouges-gorges. L’avoine est riche en protéines et en graisses. Dans le cas des flocons d’avoine, l’enveloppe des graines a été retirée. Vous pouvez ajouter aux flocons d’avoine de l’huile afin d’enrichir cette nourriture. Ce mélange est particulièrement apprécié également des chats... Il est donc à placer hors de leurs portées.

 Gruau d’avoine
Les graines d’avoine ont ici été débarrassées de leur enveloppe, puis pilées pour être plus faciles à manger. Évitez la bouillie d’avoine glutineuse qui adhère aux plumes et au bec.

 Autres céréales
Le maïs concassé, le blé, l’orge.

 La graisse et les boules de graisse

On peut soit acheter des boules de graisse pour oiseaux, soit préparer soi-même le mélange avec des graines, des cacahuètes, des raisins secs, des miettes de fromage et autres.Vous pouvez aussi utiliser les différentes margarines végétales de cuisine.

La graisse de bœuf a également une haute valeur énergétique. On peut facilement la faire fondre et la verser dans les mangeoires cloches. La graisse crue remplace les larves grasses et les insectes. Elle est appréciée par les pics.

Le mélange peut être fait dans une cloche, dans une noix de coco ou dans une boîte de conserve, puis suspendu pour les acrobates que sont les mésanges, les sittelles, les pics, et pourquoi pas les grimpereaux et les roitelets huppés. Pour les oiseaux moins agiles, on peut également préparer le mélange chaud dans une boîte de conserve ou un bol.

N’utilisez pas de filet ⥤ ⚠️C’est un piège pour les oiseaux⚠️ qu’il soit plein ou vide, accroché dans les buissons, arbres, et autres supports, ou au sol ) Vous pouvez le remplacer par une petite ficelle en matière naturelle passée au centre de la boule, ou traverser la boule avec morceau de bois.
Garnissez des boules ou des paniers de morceaux de graisse, glissez-en dans des crevasses ou des lézardes des troncs d’arbres, ils auront un effet magique sur des oiseaux tels que les pics épeiches et les mésanges à longue queue. Les pics fréquentent les mangeoires depuis peu. Ils se sont habitués peu à peu à cette pratique. Depuis lors, ils sont devenus des adeptes inconditionnels des mangeoires. Tout comme les grimpereaux des bois, ils adorent la pâte à pâtisserie crue. Si vous tartinez les fissures d’un vieux pin de gras de bœuf, vous attirerez d’autres oiseaux, non seulement des pics et des grimpereaux, mais également des roitelets huppés, et même des roitelets triple-bandeaux, des pouillots véloces et des fauvettes à tête noire.

 Les cacahuètes

Les cacahuètes sont riches en protéines et en lipides et elles constituent une nourriture très recherchée par de nombreuses espèces d’oiseaux, surtout par les mésanges, les verdiers et les moineaux. À cause de cette teneur élevée en graisse et en protéines, les arachides représentent certainement la meilleure nourriture disponible pour les oiseaux, la plus saine et la plus efficace d’un point de vue énergétique.

Cependant il y a des risques d’empoisonnement des oiseaux par les arachides, à cause d’une substance, l’aflatoxine, provenant d’un champignon qui se développe lorsque les arachides séjournent dans l’humidité. L’aflatoxine empoisonne les oiseaux en altérant le foie et le système immunitaire et a été reconnue comme cause de nombreux décès. Il est donc préférable d’éviter d’en acheter trop à la fois et de les conserver trop longtemps, car elles moisissent. Il faut toujours les conserver dans un endroit frais et sec et retirer toute cacahuète pourrissante qui pourrait produire l’aflatoxine. Les cacahuètes salées et grillées sont totalement contre-indiquées pour les oiseaux. Les arachides sont à proscrire absolument dans l’alimentation des oiseaux en été, car elles peuvent étouffer les oisillons.

Si vous présentez des cacahuètes, les mésanges et les verdiers seront vos meilleurs clients, mais d’autres espèces grappilleront les miettes de leurs repas. Les accenteurs mouchets, et parfois les pinsons du Nord, arpenteront le sol tandis que les trois espèces de mésanges et les verdiers s’activeront à l’étage. Les rouges-gorges adorent également les cacahuètes, et même si le vol sur place leur pose d’énormes problèmes, ils parviennent généralement à se nourrir de la sorte. Les geais et les pinsons du Nord ont également appris à tirer profit de cette manne. Le tarin des aulnes est l’un des exemples les plus remarquables de l’expansion géographique d’une espèce grâce à sa prédilection pour les cacahuètes. Ce petit fringille acrobatique est étroitement associé aux plantations de conifères, où il se délecte des pignons de pin. Confiné à l’origine aux forêts de conifères des régions montagneuses, le tarin s’est graduellement propagé dans les plaines, colonisant les parcs et les forêts de conifères. Il y a plus de vingt ans, il a conquis les jardins où il a découvert les cacahuètes. Ce nouveau régime alimentaire s’est propagé dans presque toute la France et le nombre des hivernants y a augmenté.

Les cacahuètes sont prisées par une multitude d’oiseaux. Si vous les distribuez généreusement, votre stock disparaîtra au rythme de plusieurs kilos par semaine. Présentez-les de préférence dans un filet ou dans une petite cage, ce qui obligera les oiseaux à travailler pour les extraire. Vous pouvez les décortiquer et les présenter dans un distributeur grillagé ou les enfiler sur un fil de fer que vous suspendez aux mangeoires.

 Autres fruits secs

Les noisettes , les amandes et les noix sont également riches en lipides. Vous pouvez les placer dans un distributeur grillagé. Mais il importe de concasser, d’écraser ou de râper les noix et les fruits les plus durs.

On peut ajouter des fruits secs aux mélanges, ou encore en disposer sur la mangeoire-plateau après les avoir fait tremper. Les oiseaux aiment tous les types de fruits secs et les emportent généralement avec eux pour faire des provisions ; il faut les casser, car, à part les sittelles et les pics, ils ne peuvent généralement pas le faire. Les noix pilées attirent les espèces plus petites. Des fruits secs, comme les raisins communs et de Smyrne ou les abricots secs, peuvent aussi être proposés, inclus dans un gâteau ou servis dans de l’eau.

Des fruits secs, comme les raisins communs et de Smyrne ou les abricots secs, peuvent aussi être proposés, inclus dans un gâteau ou servis dans de l’eau.

 Les fruits frais

C’est une des nourritures préférées des oiseaux. Ils vont faire le délice des merles, des grives et des rouges-gorges, des grives litornes ou mauvis, des étourneaux, des mésanges bleues ou même des fauvettes à tête noire. Les pommes sont très populaires spécialement chez les merles, les grives, les geais, les pigeons, bien qu’ils préfèrent d’habitude se nourrir au sol. Des morceaux d’oranges, de raisins, de poire, etc. , sont aussi appréciés. Vous pouvez les tremper les fruits avant de les donner, ils seront plus faciles à digérer. Vous pouvez jeter les fruits sur le gazon ou les couper et les embrocher pour les placer sur une mangeoire.

 Noix de coco

La chair laiteuse des noix de coco (fraîche, jamais en poudre) est aussi très appréciée.Une demi-noix de coco suspendue à la base de la mangeoire va attirer les mésanges bleues et noires, qui n’hésitent pas à exécuter des acrobaties pour les atteindre. Ne donnez cependant jamais de la noix de coco séchée, car elle pourrait gonfler dans l’estomac de l’oiseau et provoquer des blessures, voire entraîner sa mort.

Les mésanges apprécient particulièrement les noix de coco.

 Les vers de farine et les larves d’insectes

Tous les oiseaux ne se nourrissent pas d’arachides, de semences et de graines. Les fauvettes, les gobe-mouches et les rouges-gorges sont des oiseaux insectivores et, récemment encore, ils étaient de ce fait très difficiles à attirer près des mangeoires et des distributeurs. Maintenant, les choses ont changé et il devient possible de trouver une nourriture adaptée et d’ajouter des éléments vivants au menu !

 La nourriture vivante est très importante à certains moments de l’année : pendant la saison de reproduction, quand les oiseaux ont besoin de toute la nourriture nécessaire pour nourrir les jeunes ; et durant l’hiver, quand il neige et qu’il pleut et que les autres sources de nourriture deviennent inaccessibles.

 Les vers de farine et les larves d’insectes s’achètent dans des magasins spécialisés. Quelques vers de farine ou des larves de ténébrions (dans les animaleries) constituent des gourmandises avec lesquelles vous pouvez apprivoiser un rouge-gorge ou une mésange charbonnière, jusqu’à les faire manger dans le creux de votre main. Il existe aussi des mélanges de graines contenant des larves d’insectes sèches dans le commerce. Vous pouvez également faire vous-même l’élevage des vers de farine.

 Les larves de pyrale ou galléries remportent encore plus de succès que les vers de farine.

 Restes de cuisine

Les oiseaux ont besoin d’aliments riches en hydrates de carbone et en graisse afin d’élaborer les réserves de lipides indispensables pour résister aux longues nuits froides de l’hiver. De nombreux restes de cuisine sont gras et conviennent pour nourrir les oiseaux (moelle des os, graisse des rôtis, couenne de lard sans sel, gâteaux secs). Pour éviter la propagation de maladies, on ne donnera que des os et des morceaux de viande cuits (hors de portée des chats et des chiens).

Les déchets de cuisine ne conviennent pas uniquement aux omnivores comme les étourneaux, mais font également la joie des fauvettes à tête noire, des grimpereaux des bois et des pics. Ils ont également apprécié par des granivores comme les linottes, les bruants proyers, les sizerins flammés, et aussi également par les chouettes hulottes et les hérons.

Veillez simplement à éviter les aliments salés, fortement épicés ou déshydratés. Les morceaux seront suffisamment grands pour dissuader les oiseaux de les emporter, de sorte qu’elles ne servent pas à nourrir les rats, ou suffisamment petits pour être consommées sur place.

 Le lard
⚠️Évitez le lard salé ou fumé⚠️, sinon c’est excellent. Vous pouvez soit le suspendre soit le couper en petits morceaux pour attirer les rouges-gorges ou les mésanges.

 Les morceaux de viande constituent une gourmandise pour la plupart des oiseaux, pour les mésanges, sittelles, pics verts, grives ou moineaux.

 Les boîtes pour chats et chiens
Une source de nourriture bon marché et très nourrissante ! Surtout appréciée des étourneaux.

 Les pommes de terre

Cuites appréciées des merles et grives, geais...
Cuites à l’eau, rissolées ou en purée. Appréciées des étourneaux.
Fendues, les pommes de terre en robe des champs durent longtemps, car leur chair ne peut être emportée que par petits morceaux et il faut du temps pour nettoyer leur peau.

 Le riz (cuit sans sel et sans sucre) et les pâtes (cuites sans sel et sans accompagnement).

Les tourterelles, les moineaux, les corbeaux freux apprécient ces aliments riches en amidon.

Le riz blanc ou le riz complet cuit constituent une nourriture très populaire, mais attention de ne pas ajouter de sel, car cela pourrait être nuisible aux oiseaux. Aussi très populaire auprès des étourneaux. Il ne faut jamais donner de riz cru non cuit, car il gonfle dans l’estomac et peut tuer l’oiseau.

PNG - 6.9 ko

NOCIF

 ⚠️Le pain⚠️

Malgré nos conseils et préconisations, si vous souhaitez tout de même donner du pain aux oiseaux du jardin, il est important d’utiliser du pain ⚠️sans sel et en petite quantité⚠️. De même vous pouvez aussi utiliser les biscottes sans sel (humidifiées).

Les croûtons et miettes de pain ne sont pas de très bons aliments en raison de ⚠️leur faible valeur nutritive ; ils servent surtout à remplir l’estomac⚠️. Les miettes de biscuits sont meilleures en raison de leur richesse en graisse. Les miettes les plus fines conviennent pour l’accenteur mouchet et le troglodyte.

Ne donnez pas plus de pain que ce que les oiseaux peuvent manger en une journée. Utilisez seulement du pain trempé dans l’eau afin que le pain sec ne gonfle pas une fois ingéré par l’oiseau.

Oiseaux qui apprécient le pain en petite quantité (⚠️SANS SEL ! ⚠️) :
Le goéland argenté, le goéland cendré, la mouette rieuse, le goéland brun, le pigeon féral, le pigeon ramier, la corneille noire, le geai, les mésanges charbonnières, bleues et noires, la grive musicienne, le merle, le rouge-gorge, l’accenteur mouchet, l’étourneau, l’alouette des champs, le verdier, le pinson des arbres, le tarin des aulnes, les moineaux domestiques et friquet. Mais cette liste est loin d’être définitive.
 Les fromages ⚠️ATTENTION AU SEL⚠️

 Le fromage râpé ⚠️ATTENTION AU SEL⚠️
Le fromage râpé : tout comme le lard, contient de la graisse, qui apporte l’énergie nécessaire, surtout par temps froid. Très apprécié des rouges-gorges.

 Le fromage sec ⚠️ATTENTION AU SEL⚠️

Le fromage desséché est un aliment apprécié, à l’exception des bleus et autres variétés à saveur forte. Évitez les fromages salés. Pour les petites espèces (roitelets), le fromage sera émietté ou râpé. Par temps froid, le troglodyte prendra cette nourriture jetée sur les feuilles mortes, car il ne vient pas sur les mangeoires. Le fromage sec peut entrer dans un mélange.


Conseils du site Univers Nature

PNG - 6.8 ko Les meilleurs aliments :
 mélange de graines : le mélange optimal étant composé de tournesol noir, cacahuètes non salées et maïs concassé ;
 pain de graisse végétale simple ;
 pain de graisse végétale mélangé avec des graines, fruits rouges ou insectes ;
 graines de tournesol (non grillées et non salées), si possible non striées, les graines noires sont meilleures et plus riche en lipides ;
 cacahuètes (non grillées et non salées) ;
 amandes, noix, noisettes et maïs concassés (non grillés et non salés) ;
 petites graines de millet ou d’avoine ;
 fruits décomposés (pomme, poire flétrie, raisin).

PNG - 6.9 ko Les aliments à donner en petites quantités seulement :
 Lard, suif, saindoux ;
 Margarine, végétaline ;
 Pâtée pour chat ou chien, excellent substitut aux insectes ou vers ;
 Croûtes de fromage (souvent trop salée) ;
 Miettes de pain, biscottes ou gâteaux ;
 Pomme de terre, pâtes ou riz cuits.

PNG - 7.3 ko Les aliments à ne pas donner :
 Biscottes, pain sec, noix de coco desséchée, riz cru et restes de pâtisseries ;
 Le lait. Il n’est pas digéré par les oiseaux (seuls les dérivés cuits comme le fromage peuvent l’être) ;
 Les larves de mouches (asticots) qui risquent de perforer leur estomac ;
 Les graines de ricin ou lin Linum usitatissimum qui sont toxiques pour les oiseaux.

Sources :
http://www.univers-nature.com/divers/aider-les-oiseaux-en-hiver.html
http://www.oiseau-libre.net/Refuges/Mangeoires/Au-menu.html
http://www.oiseau-libre.net/Oiseaux/
http://www.yvelines-environnement.org


PNG - 11 ko

En complément nous vous proposons de télécharger les documents de la LPO

Consulter :
Atelier « boule de graisse » - Mode d’emploi - Par la LPO
Télécharger :
Atelier « boule de graisse » - Mode d'emploi - Par la LPO
Atelier « boule de graisse » - Mode d’emploi - Par la LPO
Consulter :
LPO Refuges info -12 - nourrissage et hygiene
Télécharger :
LPO Refuges info -12 - nourrissage et hygiene
LPO Refuges info -12 - nourrissage et hygiene
Consulter :
LPO Fiche refuge - eau et oiseaux
Télécharger :
LPO Fiche refuge - eau et oiseaux
LPO Fiche refuge - eau et oiseaux
Consulter :
LPO Fiche refuge - mangeoires
Télécharger :
LPO Fiche refuge - mangeoires
LPO Fiche refuge - mangeoires

Oiseaux-libre.net - Oiseaux de France et d’Europe - Au menu du restaurant

Commentaires

Logo de Gaetan Dupont
dimanche 1er novembre 2020 à 14h44 - par  Gaetan Dupont

Il ne faut jamais se fier à des "on dit" ou à des "ma mère le faisait alors je peux le faire" ou des "j’ai l’habitude de le faire et j’ai jamais eu de problèmes" etc. Car les gens peuvent se tromper etc. Donc dès que vous verrez ce message, appliquez svp pour tous les aliments que vous voudrez donner à un animal / quelqu’un, tous les conseils que j’ai donné et que je vais encore donner dans mes messages avant de donner quoi que ce soit à un animal / une personne

Comme disent d’autres coms : toujours tout vérifier avec plusieurs sources fiables (donc mon commentaire aussi) et de ce fait, avant de donner quoi que ce soit à un animal, il faut être certains grâce à plusieurs sources fiables que : ce qu’on veut lui donner est bon ou pas pour lui, si ce qu’on veut lui donner est bien préparé pour ne pas lui faire du mal (par ex il est essentiel que ce que vous donnez à un animal soit dans une taille qui ne causera pas d’etouffements, d’occlusions etc, et d’autres précautions doivent être prises.) Et il faut aussi vérifier avec plusieurs sources fiables, avant de donner quoi que ce soit à un animal, quand il faut le nourrir (s’il faut le nourrir tout le temps ou que pendant certaines saisons ou pas du tout, ainsi que les heures auxquelles on doit le nourrir etc.)

Partagez ce message à tout le monde et partagez le (et agissez) quand quelqu’un ne respecte pas ces règles.

Désolé pour la longueur des messages je n’ai pas pu le raccourcir.

Logo de Gaetan Dupont
dimanche 1er novembre 2020 à 14h41 - par  Gaetan Dupont

Les animaux sauvages doivent conserver leur instinct sauvage pour survivre. Alimenter ces animaux en continu développe chez certains sujets une dépendance à l’humain. Les parents n’apprennent plus aux jeunes à se nourrir par eux-mêmes, ces animaux ne cherchent plus de nourriture par eux même tout court... + Les animaux sauvages habitués aux humains ne se méfient plus d’eux, ce qui peut les mettre dans des situations dangereuses.

Autres choses : L’eau doit être donnée dans un petit récipient pour éviter les noyades et il faut respecter d’autres choses dites dans cet article appelé "conseils pour aider la nature" du site nagatora.

Il faut également nettoyer très fréquemment : le recipient contenant l’eau, les mangeroires, lieux de nourrissage, lieu d’abreuvage etc. Et changer l’eau régulièrement.

Aussi toujours placer tout ce que vous donnez aux animaux à l’abris des prédateurs et loin des fenêtres / baies vitrées etc pour qu’ils ne foncent pas dedans (les oiseaux en tout cas ont l’habitude de foncer dans les fenêtres/ baies vitrées etc.)

Également, ce qui est bon pour un canard peut ne pas l’être / peut ne pas être adapté à un autre oiseau. Donc avant de nourir un oiseau, il faut regarder ce qui est bon / pas bon pour tel ou tel oiseau specifique. Faire du cas par cas. Etre precis. Etre 100 % certains de ne pas faire de bêtises. Et bien faire des distinctions en premier lieu entre les oiseaux du ciel et les oiseaux aquatiques.

Logo de Gaetan Dupont
dimanche 1er novembre 2020 à 14h37 - par  Gaetan Dupont

Pour la période de nourrissage des oiseaux :

Les oiseaux aquatiques sauvages (cygnes, canards etc) n’ont pas besoin de l’homme pour se nourrir même en milieu urbain. Ces animaux trouvent suffisamment de nourriture dans l’eau et sur les pelouses. Certains sont herbivores, ils récupèrent l’herbe sur la pelouse et les algues au fond de l’eau toute l’année. Et d’autres sont des canards plongeurs qui captures des petits molusques / poissons... (jamais de végétaux !)

Un petit apport de nourriture peut être envisagé en cas de grosse vague de froid, sinon ces oiseaux s’adaptent.

Pour les oiseaux du ciel sauvages, la LPO considère qu’il est essentiel de les aider surtout l’hiver en leur apportant de la nourriture. Ils préconisent de débuter le nourrissage des oiseaux du ciel dès les premiers gels (octobre-novembre) et de le cesser dès les premiers jours de beaux temps (mars) afin d’une part, de ne pas accoutumer ces oiseaux aux apports humains et les rendre ainsi dépendants et d’autre part, d’éviter les maladies (salmonellose...) qui se propagent beaucoup plus facilement avec la chaleur. L’arrêt du nourrissage doit se faire en une quinzaine de jours, en diminuant progressivement les doses de nourriture chaque jour afin que les oiseaux du ciel sauvages puissent chercher l’apport dans la nature car un arrêt brutal les perturberait. Pour ne pas les mettre en danger, il ne faut surtout pas arrêter un nourrissage en plein hiver.

Logo de Gaetan Dupont
dimanche 1er novembre 2020 à 14h33 - par  Gaetan Dupont

"Les boules de graisse ne sont pas non plus souhaitables, des études récentes prouvant notamment que ces produits affectent le taux de reproduction des mésanges." Propos de Francois Turrian de l’association birdlife (cela touche peut etre d’autres oiseaux.)

Vous pouvez vérifier cette info.

Dailleurs, des chiens ont eu des problèmes en ingérant des boules de graisses (donc, premièrement, à la base, les boules de graisses ne doivent pas être à la portée d’autres animaux que les oiseaux) et donc ces boules de graisse ne doivent pas causer qu’un problème de reproduction chez la mésange (et d’autres oiseaux doivent être concernés par la nocivité des boules de graisses...) ne donnons plus de boules de graisse tant que nous ne sommes pas certains qu’elles soient bonnes pour tous les oiseaux du ciel qui existent ! Si les boules de graisses sont nocives il faut les exclure définitivement du régime alimentaire de nos amis les oiseaux. (Et ce n’est pas parce que nous avons toujours donné des boules de graisses, sans remarquer de problèmes chez les oiseaux nourris avec, que cela veut dire que les boules de graisses ne sont pas toxiques pour les oiseaux ou que les filets ne sont pas dangereux. Peut etre avons nous tout simplement pas remarqué... Aussi un accident peut toujours se produire dans le futur même s’il ne s’est jamais produit dans le passé, et parfois la dangerosite / la toxicité de quelque chose se voit / se produit sur le long terme.)

Logo de Gaetan Dupont
vendredi 30 octobre 2020 à 16h26 - par  Gaetan Dupont

Et tant qu’on parle du riz
"Le riz (cuit sans sel et sans sucre) et les pâtes (cuites sans sel et sans accompagnement)." Le riz doit être aussi sans accompagnements, il doit être nature. Et les pâtes doivent être natures et sans sucres également ! (Et oui les pâtes au sucre ça existe !)

Ces ajouts seraient également les bienvenus, puisque vous faites l’effort de tout détailler.
Et heureusement, car comme ça les gens ne donneront pas les restes de leurs repas !

Logo de Gaetan Dupont
vendredi 30 octobre 2020 à 13h56 - par  Gaetan Dupont

Merci pour cet article fort interessant. J’ai tout lu et j’ai lu tous les commentaires, et je me souviens avoir pendant longtemps "bataillé" avec le riz pour savoir si vraiment il été adapté ou pas.

J’ai contacté la LPO pour avoir la meilleure réponse possible à vous partager :

"Nous déconseillons d’une manière générale de donner du riz parce que cru il gonfle dans l’estomac des oiseaux (Les aliments crus gonflent dans l’estomac des oiseaux, comme pour le pain, ainsi les animaux se sentent rassasier et ils peuvent avoir des carences car ces aliments sont peu nutritifs. Et le riz cru en gonflant peut aussi tuer les oiseaux comme vous le dites.) Et pour le riz cuit, ce sera souvent des restes de cuisines donc du riz salé ce qui est nocif.
Également : le riz n’est pas adapté dans le sens ou cet aliment n’offrira pas les ressources nécessaires dont ont besoin les animaux… mais il n’est pas dangereux dans sa composition.

Encore une fois, les aliments cuits ne sont pas dangereux, ils perdent juste de leur valeur nutritive … d’autant plus que le riz est déjà pauvre en ressources."

Ces informations seraient la bienvenue dans votre article. Cordialement et bien à vous.

Logo de Tores emma
jeudi 29 octobre 2020 à 10h29 - par  Tores emma

Pour le riz, il doit être donné en faible quantité car il ne conserve pas et pourrait transmettre des maladies aux oiseaux. De plus, en hiver, gorgé d’eau, il congèle vite.

La LPO ajoute également que " Pour moi je dirai pas de riz en hiver. C’est un aliment pauvre en lipides et riche en glucides donc pas adapté et qui n’est en plus pas forcément prélevé par les oiseaux des jardins.
Pas adapté dans le sens ou cet aliment n’offrira pas les ressources nécessaires dont ont besoin les animaux en période hivernale … mais il n’est pas dangereux dans sa composition "

Mais, vérifiez de toute façon toutes les informations que vous trouvez / qu’on vous donne etc avec plusieurs sources fiables. Cette règle s’applique donc pour les commentaires de cet article, l’article en lui meme... Et j’insiste sur ce point, il faut aussi faire attention à la façon dont on donne les aliments (taille des morceaux pour éviter les étouffements etc, combien de temps on peut laisser un aliment à un oiseau... Concernant le dernier point, vous avez également un exemple dans cet article avec les cacahuètes qui doivent d’ailleurs être évidemment données non grillées et non salées. Toutes les graines doivent être données non salées et non grillées non ? Précisez le svp, précisez pour les cacahuètes et pour tous les aliments qui doivent ne pas être grillés / cuits etc et salés etc...)

Logo de Axel
lundi 4 mai 2020 à 19h17 - par  Axel

Les noyaux peuvent aussi être toxiques donc on les enlève aussi !

Logo de Axel
lundi 4 mai 2020 à 19h15 - par  Axel

Et d’autres compléments :

Les dechets de cuisine : un peu vague comme terme, vérifiez donc bien, avant de donner quoi que ce soit à un oiseau, sur plusieurs sites / sources fiables ce qui est bon pour eux.
Et pour les fromages : pas de fromages frais / collants / fondus qui collent aux becs des oiseaux.

Logo de Axel
lundi 4 mai 2020 à 19h07 - par  Axel

*ils ne sont pas que en plastique (Excusez la faute.)
En bref : retirez tous les filets des boules de graisses ou autres aliments pour oiseaux.

Logo de Axel
lundi 4 mai 2020 à 17h12 - par  Axel

Rebonjour.

A propos des filets (de boules de graisses etc) ils ne sont pas que en plus plastique. De ce fait il faut toujours les enlever qu’importe la matière.

Logo de Axel
dimanche 22 mars 2020 à 05h29 - par  Axel

Jamais de croûtes de fromage. Le sel est un ennemi de l’oiseau.
Jamais de miettes de pain, de biscottes ou de gâteaux ; il faut être ferme avec ça (et gâteau englobe tellement de choses... Des gens seraient capables de donner n’importe quel gâteau et ça pourrait être désastreux !)
Et au cas où quelqu’un comprendrait de travers : la pomme de terre doit être cuite, les pâtes doivent êtres cuites également.

Logo de Mel
mercredi 26 février 2020 à 16h27 - par  Mel

Il faut toujours retirer le filet (des boules de graisses, des cacahuètes) car les oiseaux peuvent se coincer les pattes dedans et mourir (c’est rare, mais on évite tout risque.)

Jamais de pain / biscottes, arrêtez de vous obstiner à en donner (risques : ailes d’ange, gonflements dans l’estomac, étouffement, pas nutritif...) Le pain et les biscottes sont aussi mauvais pour les canards que pour tous les autres oiseaux !

La viande : toujours cuite pour éviter les maladies (et avec modération. Pas trop de graisses animales pour les oiseaux.) Donc du lard cuit.

Puis dès que le froid devient moins rigoureux, il convient de diminuer les aliments à base de graisses. Les oiseaux risqueraient de consommer trop de graisses par rapport à leurs besoins, ce qui peut mettre leur santé en péril.

(quand on commence à nourrir les oiseaux en hiver, on arrête JAMAIS en plein hiver le nourrissage, car sinon on condamne les oiseaux qui sont devenus dépendant à notre nourrisage. On attend fin mars / début avril pour progressivement diminuer les portions et finalement arrêter le nourrisage.) Pour la question de "faut il nourrir les oiseaux toute l’année" je laisse ceux qui liront mon commentaire se renseigner ailleurs !

Retirez des fruits les pepins qui contiennent du cyanure (Pepins de raisin, pepins de pommes...)

Et prenez soin de toujours donner des petits morceaux de nourriture faciles à manger pour les oiseaux. Il faut qu’ils puissent manger sans risque.

Traduction

Sites favoris


80 sites référencés dans ce secteur

Sur le Web