Sur le Web, ces 365 derniers jours

lundi 30 septembre 2019

dimanche 29 septembre 2019

  • 29/09/2019 : Fiche : Alecto à tête blanche. Photos : Cataménie maculée, Amazone mercenaire.
    Fiche : Alecto à tête blanche. 105 nouvelles photos : Cataménie maculée, Amazone mercenaire, Tohi des Santa Marta, Paruline des Santa Marta, Métallure émeraude, Moucherolle des Santa Marta, Kagou huppé, Cardinal à tête jaune, Langrayen à ventre blanc, Stourne calédonien, Calliste rouverdin, Diamant psittaculaire, Anabate montagnard, Cotinga à poitrine d'or, Merle à froc noir, Siffle ...

samedi 28 septembre 2019

vendredi 27 septembre 2019

  • Balade vélo samedi 28 septembre le long de l’Orge
    Le rendez vous 8H20 sur le parvis de l’église de Créteil, pour un départ 8h30 précises   vu le rer a prendre a la bibliothèque François Mitterrand «  » 9H21″ »   via ARPAJON   ont attendra pas les retardataires , merçi de votre
    compréhension
     possibilité  d’aller direct à la bibliothèque sans passé par la case Créteil Église ……..
    vélo en état , avec votre pique nique , 50km sans difficulté , a priori le temps sera clément
    PS ,  prendre a l’avance , votre  ticket en vente dans les stations de métro 7,10€  ou carte navigo.
    En savoir plus sur la voie verte Vallée de l’Orge :
    12
    cordialement 🚴😎😎
    Rappel du programme 2019 des balades au départ de Créteil et de quelques conseils d’équipement.

  • Abeilles et pesticides : l'Efsa consulte les parties prenantes sur la révision de ses lignes directrices
    A la demande de la Commission européenne en mars 2019, l'Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) révise actuellement ses lignes directrices, publiées en 2013, portant sur l'évaluation des risques liés aux pesticides pour les abeilles...

  • La collaboration « Tous unis contre la rage » célèbre une année d'avancées vers l’atteinte de zéro morts humaines dues à la rage d'ici à 2030

    Paris, Genève, Manhattan, Rome, le 28 septembre 2019 - En seulement seize mois, plus de 2 millions de doses de vaccins canins contre la rage de haute qualité ont été fournies à 13 pays[1] d'Asie et d'Afrique ; plus de 450 professionnels de santé ont été formés dans 70 des 89 pays où la rage humaine est présente, et plus de 200 événements visant à éduquer et à sensibiliser les populations ont été organisés dans 62 pays.

    Home/eng/Media_Center/docs/pdf/Rabies_portal/Zeroby30annualreportfinal.pdf _blank>

    Faciliter l'accès aux vaccins, aux médicaments et à la connaissance

    Dans le cadre de la poursuite du premier objectif de ce plan, « Éliminer la rage par une utilisation efficace de vaccins, de médicaments, d'outils et de technologies », la collaboration « Tous unis contre la rage » a permis la mise en œuvre, au niveau national, d'actions concrètes visant la maladie à sa source : les chiens infectés. Au cours des seize derniers mois, on dénombre parmi ces actions :

    • le développement de l'accès à des vaccins canins contre la rage de haute qualité, par la livraison de plus de 2 millions de doses à 13 pays d'Asie et d'Afrique à travers la Banque de vaccins antirabiques de l'OIE.
    • l'amélioration des soins post-morsures, pour les cas comportant un risque d'exposition à la rage humaine, par la formation de plus de 450 professionnels de santé dans 70 des 89 pays où la rage est présente. Cette formation a été organisée par l'OMS et les autres partenaires de « Tous unis contre la rage ».
    • la multiplication des actions de sensibilisation à la maladie. Par exemple, des webinaires ont été organisés par la FAO et les autres partenaires à l'occasion de la Journée mondiale contre la rage, et près de 200 événements ont été enregistrés par 62 pays le même jour sur le site Internet du GARC, qui ont permis une importante visibilité via les réseaux sociaux, les canaux de diffusion imprimés et numériques. Des ateliers de renforcement des capacités dans le domaine de la communication ont également été assurés par l'OIE.

    Fournir aux pays des recommandations, des politiques et des outils de suivi

    Afin de renforcer la portée de ses actions, le groupe délivre des recommandations visant la création de structures de gouvernance efficaces nécessaires à l'élimination de la rage. Ces seize derniers mois, ce travail a consisté à :

    • mettre à jour les manuels techniques et les normes de l'OIE et de l'OMS afin d'harmoniser les recommandations entre les secteurs de la santé animale et de la santé humaine.
    • évaluer les avancées réalisées dans l'élimination de la rage par les réseaux régionaux dans plus de 67 pays. Les résultats de cette évaluation montrent que 12 pays ont déjà créé des plans d'action nationaux complets ou qu’ils les ont révisés. 
    • faciliter le recours aux activités de formation au niveau national dans 14 pays, ainsi que d'autres formations et contrôles de compétences de la FAO, ce qui a conduit 80 pays à adopter un cadre national pour l'élimination de la rage.

    La collaboration « Tous unis contre la rage » soutient une harmonisation des données en vue d'améliorer le suivi mondial de la maladie. À terme, il s'agira de connecter les plateformes de données de l'OMS, de l'OIE et du GARC. De plus, un nouvel outil d'évaluation des activités liées à la rage est en cours d'élaboration et sera utilisé pour obtenir une analyse approfondie et détaillée de ces données.

    Maintenir l'engagement des pays et la mobilisation des ressources

    Comme l'ont montré les récentes avancées, la mobilisation de la communauté, l'engagement des décideurs politiques et la coordination des principaux secteurs concernés sont essentiels pour éradiquer la rage.

    Depuis 2018, la collaboration « Tous unis contre la rage » a renforcé son implication auprès des acteurs de la communauté internationale et, individuellement, auprès des pays, si bien que la mobilisation envers « Zéro d'ici 2030 » a augmenté de manière stable ; cet effort doit se poursuivre.  

    La collaboration « Tous unis contre la rage » a également identifié 60 partenaires de développement et s'efforce d'impliquer tous les acteurs, dont les institutions publiques, les acteurs non-étatiques, le monde universitaire, les organisations internationales et les pays. Des actions coordonnées de plaidoyer et d'investissement au niveau mondial et national ont déjà contribué à susciter la confiance des donateurs.

    Les avancées réalisées en 2018 sont encourageantes. L'ambition est de continuer à renforcer le soutien des populations à l'échelle locale et nationale et à maintenir l'implication des décideurs politiques afin que chaque pays puisse devenir indemne de la rage transmise par les chiens.

    À propos de « Zéro d'ici 2030 »

    La rage est évitable à 100 %, et des vaccins, médicaments, outils et technologies existent depuis longtemps pour prévenir les décès humains dus à la rage transmise par les chiens. Néanmoins, la rage continue de tuer 60 000 personnes par an, dont 40 % sont des enfants, vivant principalement dans les zones rurales de pays déshérités en Afrique et en Asie. Près de 99 % des cas de rage humaine sont causés par la morsure d'un chien infecté.

    Le Plan stratégique mondial, lancé en juin 2018, cible le réservoir de la maladie chez les chiens et a vocation à harmoniser les actions de prévention de la rage humaine et à renforcer les systèmes de santé animale et humaine. Le Plan place les pays au cœur de l'action. Ils bénéficient d'un soutien international constant dont le but est de produire les changements sociaux nécessaires, à travers une approche pragmatique composée de 3 objectifs :

    • Objectif 1 : Éliminer la rage par l'utilisation efficace de vaccins, de médicaments, d'outils et de technologies ;
    • Objectif 2 : Créer, innover et évaluer l'impact des mesures de contrôle de la rage, fournir des recommandations, des politiques et des règles de gouvernance efficaces, et générer des données fiables facilitant la prise de décision ;
    • Objectif 3 : Maintenir l'engagement des pays et la mobilisation des ressources.

    En mettant en œuvre le Plan, les pays affectés feront un pas supplémentaire en direction de l'Objectif de développement durable (ODD) 3.3 : « D'ici 2030, mettre fin aux épidémies de maladies tropicales négligées » et progresser vers l'ODD 3.8 qui est de faire en sorte que chacun bénéficie d’une assurance-santé.

    Informations supplémentaires :
    • Home/eng/Media_Center/docs/pdf/Rabies_portal/Zeroby30annualreportfinal.pdf _blank>Premier rapport annuel "Zéro d'ici 30"
    • Consulter le Plan stratégique mondial "Zéro cas d'ici 2030" [Home/eng/Media_Center/docs/pdf/Rabies_portal/Zero_by_30_Final_130618.pdf _blank>Texte intégral – Home/eng/Media_Center/docs/pdf/Rabies_portal/EN_executiveSummary.pdf _blank>Version synthétique ] (en anglais)
    • /trello.com/b/TMIgf7uy/rabies-toolkit-fao-oie-who-garc _blank>Consulter toutes les ressources mises à disposition par les partenaires « Tous unis contre la rage »
    • Découvrir la campagne de l'OIE « /trello.com/b/66Bqv1ld/world-rabies-day-toolkit _blank>La rage s'arrête ici »
    • Découvrez la campagne du GARC « /endrabiesnow.org/ _blank>End Rabies Now » (Stoppons la rage maintenant)
    Contacts :
    • OIE : Dre Catherine Bertrand-Ferrandis, (+33) 6 16 46 28 90, media@oie.int
    • OMS : Ashok Moloo, (+41) 079 540 5086, molooa@who.int
    • FAO : Natasha Little, (+39) 06 570 56213, natasha.little@fao.org
    • GARC : Kim Doyle, (+44) 07453 099 399, media@rabiesalliance.org

    [1] L’Organisation mondiale de la Santé (OMS), l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE), l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) and l’Alliance mondiale contre la rage (GARC).

    [2] Les organisations de l'Alliance Tripartite (FAO, OIE, OMS) reconnaissent par home/eng/Media_Center/docs/pdf/onehealthportal/Tripartite_2017.pdf _blank>l'approche « Une seule santé » que la santé des populations humaines est connectée à celle des animaux et des écosystèmes. Elles ont identifié la rage comme étant l'une des trois priorités soulignant la nécessité d'une collaboration multisectorielle de gestion efficace du risque.

    [3] Benin, Érythrée, Indonésie, Kenya, Lesotho, Malaisie, Myanmar, Namibie, Philippines, Singapour, Togo, Tunisie et Zimbabwe.


  • L'Anses recommande une baisse des taux de cadmium dans les engrais
    Pour limiter les risques sanitaires, l'Agence nationale de sécurité sanitaire préconise de revoir à la baisse les teneurs en cadmium dans les matières fertilisantes. Pour l'exposition des professionnels, elle pointe un manque de connaissances.

  • Loi économie circulaire : le Sénat sanctionne la destruction des invendus non-alimentaires
    Le projet de loi du gouvernement propose d'interdire l'élimination (mise en décharge ou incinération) des invendus non-alimentaires. Mais il ne précise pas quels seront les contrôles et les sanctions applicables en cas de non-respect des nouvelles...

  • Loi économie circulaire : le Sénat renforce la lutte contre le gaspillage alimentaire
    Les sénateurs ont adopté deux amendements qui modifient l'obligation de don des invendus alimentaires introduite par la loi de février 2016 relative à la lutte contre le gaspillage alimentaire. Les parlementaires veulent tout d'abord renforcer l'...

  • Hommage à Jacques CHIRAC
    À la suite du décès de M. Jacques CHIRAC, ancien Président de la République, survenu le jeudi 26 septembre dernier, un hommage, prenant la forme d’un moment de recueillement, lui sera rendu ce lundi 30 septembre à 12h30 sur la dalle de l’hôtel de ville de Créteil dans le cadre de la journée de deuil national.

  • Projet de loi de finances pour 2020 : ce que propose le gouvernement en matière d'environnement
    Réduction des avantages fiscaux sur le gazole, éco-contribution sur les billets d'avion... Les annonces du gouvernement dans le cadre du PLF 2020 cachent parfois des mesures moins écolos comme la baisse des aides à la rénovation énergétique.

  • Loi économie circulaire : le Sénat valide la consigne sous conditions
    Le Sénat maintient son opposition à la consigne pour recyclage. Pour autant, il a adopté des amendements soutenus par le gouvernement qui ne prendront tout leur sens qu'avec la mise en œuvre d'une telle consigne...

  • Rénovation énergétique et CEE : l'Etat lancera son plan de lutte contre les fraudes à la mi-octobre
    Le 22 septembre, sur la radio Europe 1, la secrétaire d'Etat à la Transition écologique Emmanuelle Wargon a annoncé que le gouvernement mettrait en place un plan de lutte contre les arnaques et contre les fraudes aux travaux de rénovation énergéti...

  • Aides à la rénovation énergétique des logements : une nouvelle aide plus simple, plus juste et plus efficace
    Le Gouvernement a fait de la politique de rénovation énergétique des logements une priorité du quinquennat qui permettra, notamment, d’atteindre nos objectifs en matière de neutralité carbone à l’horizon 2050. C’est pourquoi, il met en place une refondation du système des aides.

  • Restos du Cœur - SOS bénévoles
    Pour leur prochaine campagne qui va débuter mi-novembre et vu le nombre croissant des bénéficiaires, Les Restos du Cœur ont un besoin pressant de bénévoles.

  • Il faut enseigner le vrai cycle de l'eau pour mieux comprendre les enjeux actuels
    Les représentations du cycle de l'eau enseignées ne prennent pas en compte l'influence de l'homme. Ce qui conduit à une vision tronquée de cette ressource. Explication de Gilles Pinay, directeur de recherche dans l'unité RiverLy de l'Irstea de Lyon.

  • Participez à l'enquête de satisfaction de l'INPN !

    L'INPN met aujourd'hui en ligne un questionnaire pour mieux connaître vos besoins et vos attentes ! 3 minutes suffisent pour y répondre.


  • Guyane : braconnage d'oeufs de tortues Podocnemide

    Communiqué de presse - 12 septembre 2019

    Guyane : braconnage d'oeufs de tortues Podocnemide

    Le dimanche 08 septembre, les agents du Service Mixte de Police de l'Environnement (SMPE) de Guyane ont intercepté sur le fleuve Approuague, une pirogue à bord de laquelle se trouvaient 3 chasseurs. Lors du contrôle, les agents ont découvert 399 œufs de tortues Podocnémide de Cayenne dissimulés à bord de l'embarcation, 4 hoccos, 33 oeufs d'iguane, 2 caïmans, 2 pacs, 1 kinkajou.
    Tandis que la Podocnémide de Cayenne fait l'objet d'une protection intégrale, le hocco et l'iguane bénéficient, quant à eux, d'une limitation de leur prélèvement par l'arrêté préfectoral instaurant des quotas de chasse.Les 3 chasseurs ont été placés en garde à vue, dès mardi matin, par les Officiers de Police Judiciaires des brigades territoriales de la Gendarmerie Nationale de Régina et de Rémire-Montjoly, co-saisis avec les agents du SMPE, sur les instructions du Parquet.
    Lors de leurs auditions, tous les 3 reconnaissent avoir prélevé puis transporté les oeufs, détruit les nids de tortues fluviales, prélevés les oeufs d'iguanes et chassés les hoccos en infraction à l'arrêté quota.
    Les trois mis en cause ont été déférés mercredi matin au Tribunal de Grande Instance de Cayenne, pour une convocation sur reconnaissance préalable de culpabilité. Ils écopent de 3 mois de prison ferme (peine aménageable), de 5000 euros d'amende avec sursis, de 100 euros d'amende (pour les hoccos et les oeufs d'iguane). Les fusils, l'embarcation, la remorque et le moteur saisis ont été confisqués. Les oeufs d'iguane et de Podocnémide de Cayenne, ont été placés dans un élevage pour être mis sous incubateur afin de tenter l'éclosion artificielle. Les émergences qui survivront pourront être relâchées dans leur milieu naturel.


    OEufs de Podocnémide de Cayenne et d'Iguane (c) SMPE

    La Podocnémide de Cayenne est une tortue fluviatile, entièrement dépendante des cycles hydrologiques. Elle présente une large aire de répartition sur le bassin amazonien. En Guyane, l'espèce est restreinte à l'Est du département. Ses pontes ont lieu en saison sèche, généralement sur les bancs de sables peu élevés et isolés. La Podocnémide de Cayenne connaît un déclin de ses populations sur l'ensemble de son aire de répartition, à cause du prélèvement des oeufs et de la perte de son habitat, du fait de l'orpaillage illégal et de la déforestation.
    En Guyane, l'espèce est intégralement protégée et est classée comme « vulnérable » sur la liste rouge des espèces de reptiles menacés de Guyane. Toute atteinte à cette espèce constitue un délit passible de 3 ans d'emprisonnement et 150 000 euros d'amende.

    Pour télécharger le communiqué de presse au format pdf :

    PDF - 777.8 ko
    Communiqué de presse -12 septembre 2019 -


  • Le point de Hongrie
    Erynnis tages sur une feuille de ronce © CACP – Gilles Carcassès
    Erynnis tages, le point de Hongrie © CACP – Gilles Carcassès

    Brun foncé dessus, brun plus clair dessous : facile à reconnaître

    La chenille du point de Hongrie se nourrit de lotiers et d’autres Fabaceae. Ce papillon de la famille des Hesperidae est peu commun en Ile-de-France, mais pas menacé. Il est présent dans le Val d’Oise. On le rencontre dans les lisières forestières, les bords de champs, les friches, les prairies et les pelouses calcaires.

    Retrouvez un autre Hesperidae dans cet article :

    L’hespérie des sanguisorbes

    Source :

    Erynnis tages, par l’Atlas des papillons de jour et des zygènes d’Ile-de-France


  • 27/09/2019 : Photos : Paruline des Santa Marta, Synallaxe flammé, Paruline à cimier jaune.
    60 nouvelles photos : Paruline des Santa Marta, Synallaxe flammé, Paruline à cimier jaune, Grallaire des Santa Marta, Cataménie maculée, Apalis à front roux, Ptilope des Salomon, Geai à face blanche, Hirondelle isabelline, Mouette obscure, Grand Corbeau, Bécasseau à échasses, Gobemouche de l'Angola, Cossyphe des grottes, Outarde de Rüppell, Gobemouche traquet, Vautour fauve, Chouette mo ...

Traduction

Sites favoris


117 sites référencés au total

Brèves

30 mai 2014 - Sur Facebook : Lac de Créteil - 94000 - Val de Marne -...

Lac de Créteil - 94000 - Val de Marne - France

24 février 2014 - Nous contacter

Pour nous contacter, cliquez sur l’enveloppe.http://laccreteil.fr/spip.php?page=...